Joe Biden choisit la sénatrice de Californie Kamala Harris comme colistière

Joe Biden choisit la sénatrice de Californie Kamala Harris comme colistière© Robyn Beck Source: AFP
Joe Biden et Kamala Harris, le 12 septembre 2019, à Houston, aux Etats-Unis (image d'illustration).

A 55 ans, Kamala Harris, sénatrice de l’Etat de Californie et ancienne procureure, devient la colistière du candidat démocrate Joe Biden. Elle sera sa vice-présidente si celui-ci est élu. Un choix critiqué par Donald Trump.

Joe Biden a choisi sa colistière, celle qui sera vice-présidente dans le cas où il est élu : Kamala Harris, sénatrice de Californie. «J'ai le grand honneur d'annoncer que j'ai choisi Kamala Harris, un défenseur courageux des petites gens et l'une des plus grands serviteurs de l'Etat, comme ma colistière», a-t-il fait savoir dans un tweet mis en ligne le 11 août.

Sur le même réseau social, l’intéressée a répondu à l'ancien vice-président sur un ton non moins élogieux : «Joe Biden peut rassembler les Américains car il a passé sa vie à se battre pour nous. Et quand il sera président, il construira une Amérique à la hauteur de nos idéaux. Je suis honorée de le rejoindre en tant que candidate désignée par notre parti pour être vice-présidente, et faire ce qu'il faudra pour qu'il devienne notre commandant en chef.»

Ancienne candidate à l’investiture démocrate, cette Afro-américaine de 55 ans avait abandonné la course avant le premier scrutin, faute de moyens et de résultats, et s’était alliée à Joe Biden au mois de mars. Née à Oakland (Californie), fille d’immigrés jamaïcain et indienne, elle a grimpé les échelons à partir de 2004 en devenant procureur de San Francisco (Californie), puis de Californie de 2011 à 2017. En janvier de la même année, elle prête serment au Sénat, à Washington.

Violences policières, cannabis, peines planchers... et revirements

A son poste de procureure, Kamala Harris a travaillé en étroite collaboration avec le fils de Joe Biden, Beau Biden, décédé en 2015 des suites d’un cancer. «J'ai observé comment ils ont défié les grandes banques, aidé les travailleurs, et protégé les femmes et enfants face aux mauvais traitements. J'étais fier à l'époque, et je suis fier désormais de l'avoir comme partenaire pour cette campagne», s'est ému le candidat démocrate.

Elle a également reçu le soutien de l'ancien président Barack Obama, qui a mis en ligne un communiqué de presse sur Twitter dans lequel il estime que «c'est un grand jour pour le pays».

Kamala Harris est à l’origine d’un programme permettant aux primo-délinquants de bénéficier d’un abandon des poursuites s’ils suivent une formation professionnelle.

En matière de violences policières, elle a imposé aux forces de l’ordre californiennes de former leurs agents contre les discriminations et arrestations au faciès. Elle a aussi impulsé la création d’un portail Internet donnant un accès public à des données judiciaires, notamment sur les violences commises par la police lors d’arrestations.

Cependant, en 2015, elle s’abstient lors du vote d’une proposition de loi rendant systématiques les enquêtes indépendantes en cas d’usage de la force mortelle par un policier.

Plus tôt, en 2004, elle s’oppose à l’assouplissement des peines planchers. Par la suite, en 2010, elle balaye d’un revers de manche l’idée d’une légalisation du cannabis à titre récréatif. La Californie adoptera finalement cette mesure en 2018.

Ces revirements poussent le quotidien Sacramento Bee a écrire au mois de juin dernier : «En Californie, Kamala Harris avait la réputation d'un procureur qui attendait plutôt qu'il ne montrait le chemin, qui ne bougeait sur des sujets polémiques que lorsqu'il considérait qu'ils étaient politiquement viable.»

«Joe le mou et Kamala l'imposture», selon Donald Trump

La réaction de Donald Trump n’a pas tardé, celui-ci fustigeant le choix de son adversaire sur Twitter. «Joe le mou et Kamala l’imposture, faits pour être ensemble, mauvais pour l'Amérique»,  est-il expliqué dans un montage vidéo mis en ligne par le 45e président des Etats-Unis.

Lors d’une conférence de presse, il s’est dit «surpris» par cette décision, au vu des performances «médiocres» de Kamala Harris. «Elle a eu de très mauvais résultats aux primaires. Et ça, c'est comme un sondage.» Dans une allocution propre au style de Donald Trump, celui-ci affirme qu’elle fut «la plus méchante, la plus horrible, la plus méprisante de tout le Sénat américain».

Après l'annonce de Joe Biden, le président américain a mis en ligne une vidéo rappelant les nombreuses polémiques provoquées par son adversaire autour de propos sur la ségrégation raciale aux Etats-Unis. «Joe Biden a un problème de racisme», y est-il clamé.

Rappelons que lors du deuxième débat des candidats démocrates à l'investiture, le 27 juin 2019, Kamala Harris avait elle même mis en difficulté son futur colistier, l'accusant d'avoir soutenu et travaillé avec des sénateurs ouvertement ségrégationnistes.

L'ancien sénateur du Delaware est également critiqué pour son âge – 77 ans – mais aussi pour des accusations d’agression sexuelle formulées par son ex-collaboratrice Tara Reade, accusations qu'il nie fermement.

La présidentielle américaine se tiendra le 3 novembre prochain.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»