Facebook supprime la quasi-totalité des «discours de haine» avant qu'ils ne soient vus par quiconque

Facebook supprime la quasi-totalité des «discours de haine» avant qu'ils ne soient vus par quiconque© Pool Source: Reuters
Le patron de Facebook Mark Zuckerberg le 29 juillet lors de son audition.
Suivez RT France surTelegram

Mis sous pression par les organisateurs de la campagne de boycott «Stop hate for profit» selon qui les «racistes de l'Alt-right» prospèrent sur Facebook, Mark Zuckerberg a assuré que le réseau social supprimait pro-activement les «discours de haine».

Facebook censure près de 90% des contenus qualifiés de «discours de haine» avant qu'ils puissent être partagés, a fait savoir Mark Zuckerberg à l'occasion de l'ouverture de l'audition des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) au Congrès, le 29 juillet. «Nous pouvons identifier de façon proactive 89% des discours de haine, que nous supprimons [de la plateforme] avant, je pense, qu'ils ne soient vus par d'autres personnes», a ainsi confié le patron du réseau social, expliquant avoir mis au point à cet effet des systèmes d'intelligence artificielle «sophistiqués».

Depuis des semaines la campagne de boycott publicitaire «Stop hate for profit» – menée entre autres par l'Anti defamation league – fait pression sur le réseau social, l'accusant de ne pas suffisamment lutter contre la «haine généralisée». Devant le Congrès, c'est le représentant démocrate du Maryland, Jamie Raskin, qui s'est fait le relai de leurs exigences, demandant donc à Mark Zuckerberg quelles mesures il prenait pour empêcher les «racistes de l'Alt-right» ou encore «les contenus antisémites» de prospérer sur la plateforme.

Comme le font les démocrates depuis quatre ans, Jamie Raskin a par ailleurs de nouveau accusé Facebook d'être en partie responsable de la défaite d'Hillary Clinton lors de la présidentielle de 2016. Une inquiétude que Mark Zuckerberg assure avoir pris à bras le corps, puisque le réseau social disposerait désormais de moyens de sécuriser les élections, «parmi les plus avancés de la planète». «Nous collaborons régulièrement avec les forces de l'ordre et les agences de renseignement, et sommes parfois en mesure d'identifier les menaces provenant d'autres pays avant même que les gouvernements ne soient en mesure de le faire», s'est-il félicité.

Si ces déclarations ont de quoi rassurer le camp démocrate, elles ne devraient pas être aussi bien accueillies par les républicains. Ceux-ci, Donald Trump en tête, accusent depuis des mois les réseaux sociaux, dont Facebook, de censurer les conservateurs. Le représentant de la Floride Matt Gaetz a ainsi interrogé Mark Zuckerberg sur cette «culture» de discrimination envers les conservateurs au sein de l'entreprise. «Evidemment, quand vous avez des dizaines de milliers d'employés, certains font des erreurs. Les gens ont parfois leur propre but», a déclaré le patron de Facebook, niant ainsi qu'il s'agisse d'une volonté délibérée de l'entreprise.

Outre Mark Zuckerberg, Sundar Pichai (Alphabet, maison-mère de Google), Tim Cook (Apple) et Jeff Bezos (Amazon), ont été auditionnés en visioconférence par la commission judiciaire de la Chambre des représentants à Washington, qui enquête depuis un an sur de possibles abus de position dominante.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix