Accusé d'ingérence dans un rapport britannique, Moscou dénonce un exemple de «russophobie»

Accusé d'ingérence dans un rapport britannique, Moscou dénonce un exemple de «russophobie»© DANIEL SORABJI / AFP
Une campagne liant la victoire du Brexit, adopté par une majorité de citoyens britanniques par référendum, à la Russie (image d'illustration).

Alors que Londres multiplie les accusations, le Kremlin a nié toute tentative d'ingérence dans un quelconque processus électoral. Un rapport du parlement britannique fait état de «commentaires crédibles» liant Moscou au référendum écossais de 2014.

Un rapport de la commission sur le renseignement et la sécurité du parlement britannique (ISC), datant de 2019 mais ayant fuité ce 21 juillet, accuse Moscou d'avoir tenté de s'ingérer dans le référendum sur l'indépendance de l'Ecosse de 2014. De son côté, Moscou souligne ne jamais avoir interféré dans aucun processus électoral, et dénonce un exemple de «russophobie».

«Commentaires crédibles»... mais manque de preuves sur le Brexit ?

Dans les extraits cités par Reuters, le rapport britannique ne s'étend pas sur les preuves qui étayeraient cette ingérence présumée, faisant état de «commentaires crédibles en libre accès suggérant que la Russie a entrepris des campagnes d'influence en lien avec le référendum sur l'indépendance de l'Ecosse en 2014».

Selon l'agence de presse, les passages portant sur le référendum sur le Brexit seraient en grande partie caviardés et une annexe n'aurait pas été publiée. Les auteurs du rapport, qui reprocheraient en outre au renseignement britannique de faire de la rétention d'informations sur ce sujet en particulier, écrivent : «En réponse à notre demande de preuves écrites au début de l'enquête, le MI5 n'a dans un premier temps fourni que six lignes de texte.» Quelles sont-elles ? Le suspense demeure, puisque le rapport spécifie : «Elles disent que ***.»

Toutefois, les éléments présentés dans ce rapport de 55 pages ont été suffisants aux députés de la Commission pour réclamer au gouvernement britannique une enquête sur les interférences russes présumées dans la campagne du référendum sur le Brexit en 2016. Il y est notamment écrit, selon l'AFP, que l'influence politique russe au Royaume-Unie est «la nouvelle normalité» et que la situation a été sous-estimée par Londres.

Si les députés de l'ISC ne sont, comme le rapporte l'AFP, «pas parvenus à mettre en évidence des preuves d'ingérence russe, que ce soit dans la campagne du référendum sur le Brexit ou celui sur l'indépendance de l'Ecosse de 2014», le député travailliste Kevan Jones, présentant le rapport, a estimé : «Il aurait dû y avoir une évaluation des ingérences russes dans le référendum. Il doit y en avoir une et les résultats de cette évaluation doivent être portés à la connaissance du public.»

Moscou dénonce un exemple de «russophobie»

Selon des propos rapportés par l'agence de presse RIA Novosti, la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a dénoncé un exemple de «russophobie incrustée de fakes», ne voyant «rien de sensationnel» dans le document.

La fuite du rapport britannique, coïncidant avec une visite à Downing Street du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, intervient quelques jours après des accusations proférées par Londres, mêlant tentatives d'ingérence, mais aussi vol de données sur le vaccin contre le Covid-19. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova avait alors dénoncé un communiqué «tellement embrouillé et contradictoire qu'il est pratiquement impossible de le comprendre», soulignant une fois de plus le manque de preuves de telles accusations.

Avec en toile de fond le débat autour du Brexit, le référendum écossais de 2014 posait la question de l'indépendance de cette nation constitutive du Royaume-Uni. Le non l'avait finalement emporté, par 55,3% des suffrages contre 44,7%. Le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne avait finalement été adopté en 2016 par une majorité de citoyens britanniques, mais les Ecossais avaient majoritairement voté contre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»