Le Royaume-Uni exclut Huawei de son réseau 5G, Washington s'en réjouit

- Avec AFP

Le Royaume-Uni exclut Huawei de son réseau 5G, Washington s'en réjouit© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Image d'illustration.

Le gouvernement britannique a confirmé l’interdiction de tout nouvel achat d’équipements du géant chinois après le 31 décembre 2020. Une décision qui accentue les tensions entre Pékin et Londres.

Le Royaume-Uni a annoncé, le 14 juillet, qu'il allait expurger son réseau 5G de tout équipement produit par le géant chinois Huawei en raison d'un risque pour la sécurité du pays. L'achat de nouveaux équipements Huawei sera interdit après le 31 décembre 2020, et les équipements existants devront être retirés d'ici 2027. 

Le meilleur moyen de sécuriser notre réseau reste que les opérateurs cessent d'utiliser les équipements Huawei pour construire le futur réseau 5G britannique»

«Le meilleur moyen de sécuriser notre réseau reste que les opérateurs cessent d'utiliser les équipements Huawei pour construire le futur réseau 5G britannique», a déclaré le ministre de la Culture et du Numérique, Oliver Dowden, à la Chambre des Communes à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité nationale (NSC) présidée par le Premier ministre conservateur Boris Johnson. «Cela n'a pas été une décision facile, mais c'est la bonne pour les réseaux télécoms britanniques, pour notre sécurité nationale et pour notre économie, maintenant comme à long terme», a-t-il ajouté. 

Dans un communiqué, Huawei a jugé «regrettable que [son] futur au Royaume-Uni ait été politisé, à cause de la politique commerciale américaine et non pour des raisons de sécurité».

Selon Oliver Dowden, les sanctions américaines imposées en mai au géant chinois, destinées à lui couper l'accès aux semi-conducteurs fabriqués avec des composants américains, ont pesé dans la décision britannique. Londres s'inquiète d'un recours du groupe à des composants de rechange susceptibles de poser de nouveaux risques en termes de cybersécurité.

La Maison Blanche s'est, dans la foulée, félicitée de cette décision qui «reflète un consensus international grandissant sur le fait que Huawei et d'autres acteurs représentent une menace pour la sécurité nationale car ils restent redevables au Parti communiste chinois», avait tweeté Robert O'Brien, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

Des sanctions américaines sur des employés de Huawei

Le 15 juillet, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo s'est félicité lui aussi de la décision du gouvernement britannique, annonçant qu'il se rendrait au Royaume-Uni et au Danemark la semaine suivante au cours d'une conférence de presse.

Je suis sûr que le Parti communiste chinois et les menaces qu'il représente pour les peuples libres autour du monde seront en tête de l'agenda

«Je suis sûr que le Parti communiste chinois et les menaces qu'il représente pour les peuples libres autour du monde seront en tête de l'agenda», a-t-il déclaré.

Le département d'Etat imposera des restrictions de visa à certains employés des sociétés technologiques chinoises comme Huawei qui apportent un soutien matériel aux régimes coupables de violations et d'abus des droits de l'Homme dans le monde

«Le département d'Etat imposera des restrictions de visa à certains employés des sociétés technologiques chinoises comme Huawei qui apportent un soutien matériel aux régimes coupables de violations et d'abus des droits de l'Homme dans le monde», a-t-il par ailleurs déclaré. Il a en revanche balayé l'idée selon laquelle son pays avait influé dans la décision des autorités britanniques : «Je suis persuadé qu'ils ont fait ça parce que leurs experts en sécurité sont parvenus aux mêmes conclusions que les nôtres», a-t-il affirmé. 

«Les informations qui transitent par ces réseaux d'origine chinoise finiront certainement dans les mains du Parti communiste chinois», a-t-il ajouté.

La Chine annonce des «mesures»

L'ambassadeur chinois au Royaume-Uni, Liu Xiaoming, a estimé dans un tweet «décevante et erronée» la décision de Londres, jugeant «discutable» le fait que «le Royaume-Uni puisse encore offrir un environnement commercial ouvert, juste et sans discrimination aux entreprises venues d'autres pays».

En réponse, la Chine «prendra une série de mesures pour défendre les droits et les intérêts légitimes des entreprises chinoises», a averti devant la presse la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying le 15 juillet.

«Il y a un prix à payer» pour cette décision, a-t-elle ajouté sans plus de précisions. 

Un retard de «deux à trois ans» pour la 5G

Les patrons des opérateurs téléphoniques, comme ceux de BT et Vodafone, ont averti qu'un retrait total des équipements Huawei du réseau britannique serait «impossible» sous dix ans, et risquerait d'occasionner des pannes et problèmes de sécurité.

La semaine précédente, Huawei avait assuré que son exclusion affecterait «l'avenir de la stratégie numérique [...] du Royaume-Uni», affirmant qu'un retard de deux ans coûterait à son économie 29 milliards de livres (soit environ 32 milliards d'euros au cours actuel).

Alors que Boris Johnson avait fait de l'amélioration du réseau de télécoms britannique une promesse de campagne, son ministre de la Culture a reconnu que l'exclusion de Huawei retarderait le déploiement de la 5G au Royaume-Uni de «deux à trois ans», entraînant un coût allant «jusqu'à 2 milliards de livres» (environ 2,20 milliards d'euros). Des discussions sont en cours avec d'autres fournisseurs : le suédois Ericsson, le finlandais Nokia, le japonais NEC et le sud-coréen Samsung, a-t-il indiqué. 

On a plus la capacité de produire. On est obligés de passer par la Chine

«On a plus la capacité de produire. On est obligés de passer par la Chine», a estimé Pedro Guanaes Netto, responsable numérique à République souveraine auprès de RT France. 

«La réalité, c'est que la Chine est devenue hégémonique sur la production de nouvelles technologies», a-t-il par ailleurs déclaré, estimant «normal» que les industriels chinois deviennent «dangereux» de part leur position. 

«On a crée un monstre et maintenant on s'étonne que le monstre veuille nous manger. [...] Tout est fait en Chine aujourd'hui. On est un peu comme les petits chiens qui aboient beaucoup et qui ne mordent pas». Il a par ailleurs remarqué que les scandales d'espionnages impliquant NSA et entreprises américaines n'avaient «jamais gêné» les autorités britanniques.  

Tandis que le Royaume-Uni recherche de nouveaux alliés – en Asie notamment, depuis sa sortie de l'Union européenne, fin janvier, sa relation avec Pékin s'est récemment tendue avec l'entrée en vigueur à Hong Kong d'une loi controversée sur la sécurité, imposée par Pékin et ardemment dénoncée par Londres, ex-puissance coloniale. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»