Le président serbe juge irresponsables les appels à manifester contre sa gestion de la pandémie

Le président serbe juge irresponsables les appels à manifester contre sa gestion de la pandémie© Oliver BUNIC Source: AFP
Des manifestants se confrontent aux forces de l'ordre devant l'Assemblée nationale à Belgrade, le 10 juillet.

A Belgrade, des violences ont émaillé la quatrième soirée de manifestations contre la gestion de la pandémie par les autorités serbes. Le président Aleksandar Vucic s'en est pris à «l'irresponsabilité de ceux qui appellent à descendre dans les rues».

«Nous sommes dans cette situation [l'augmentation du nombre de cas de Covid-19] en raison de l'irresponsabilité de ceux qui appellent à manifester. Je supplie les gens de ne pas protester car ils finiront par demander de l'aide médicale» : le 10 juillet, pour la quatrième journée de mobilisation, le président serbe Aleksandar Vucic a sévèrement critiqué les manifestations qui se tiennent dans le pays afin de protester contre la gestion de la crise sanitaire par les autorités.

Terrorisme pur

18 nouveaux décès et 386 nouvelles contaminations ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures dans le pays des Balkans. Le chef d'Etat est par ailleurs allé jusqu'à qualifier de «terrorisme pur» l'action de certains manifestants, qui ont coupé l'autoroute à Novi Sad, la deuxième ville de Serbie.

A Belgrade, la mobilisation, un temps pacifique, a dégénéré dans la soirée, des manifestants ayant jeté pierres, pétards et fumigènes en direction des forces de l'ordre devant l'Assemblée nationale, avant de franchir les barrières de sécurité et de gravir les marches menant au parlement. Les forces anti-émeutes se sont alors interposées et ont immédiatement été la cible de jets de pierres et autres projectiles, de pétards assourdissants et de fumigènes. 71 personnes – dont un Britannique et un Tunisien – ont été arrêtées, selon les informations fournies par la police, qui a fait savoir que quatorze policiers avaient été blessés dans les heurts le 10 juillet, et 130 depuis le début des mobilisations.

Les manifestations à Belgrade ont commencé dans la soirée du 7 juillet par un rassemblement devant l'Assemblée nationale, lors duquel des milliers de personnes ont réclamé la démission du président serbe Aleksandar Vucic, à qui ils reprochent d'instaurer de nouvelles mesures restrictives après avoir accéléré le déconfinement dans le but de pouvoir organiser les élections législatives du 21 juin, largement remportées par son parti (Parti progressiste serbe, centre-droit, européiste).

Apparemment spontanées, les manifestations se tiennent sans qu'apparaissent de leaders et en marge des partis d'opposition traditionnels. Les protestataires sont surtout unis par leur rejet d'Aleksandar Vucic, avec un spectre politique très large, de la gauche à l'extrême droite.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»