«Aucun pays n'a le droit de s'en mêler» : Pékin recadre Paris après des propos sur Hong Kong

- Avec AFP

«Aucun pays n'a le droit de s'en mêler» : Pékin recadre Paris après des propos sur Hong Kong© Ludovic Marin Source: AFP
Le ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à l'Elysée, le 27 mai 2020. (Image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Abordant la question hongkongaise, Jean-Yves Le Drian avait affirmé envisager «des mesures». Y voyant une volonté d'ingérence de la France, la Chine a appelé à la «prudence en paroles comme en actions».

La Chine a adressé le 9 juillet une mise en garde à la France au lendemain d'une intervention du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qui avait évoqué «des mesures» en réaction à la politique menée par Pékin dans le territoire chinois semi-autonome de Hong Kong.

«Les affaires de Hong Kong relèvent des affaires intérieures de la Chine et aucun pays n'a le droit de s'en mêler», a déclaré devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.

Pékin a imposé la semaine dernière une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, qui vise à réprimer la subversion, la sécession, le terrorisme et la collusion avec les forces étrangères, en réponse au mouvement de contestation lancé l'an dernier contre le pouvoir central dans l'ex-colonie britannique. Les manifestations, parfois particulièrement violentes, se sont en effet multipliées durant plusieurs mois. Cette loi est accusée par les militants anti-Pékin de restreindre les libertés et l'autonomie du territoire rétrocédé à la Chine par le Royaume-Uni en 1997. 

Devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat, Jean-Yves Le Drian avait déclaré le 8 juillet que la France n'allait pas rester inactive sur la question hongkongaise. «Nous envisageons des mesures que je serai amené à diffuser le moment venu», avait-il ajouté, soulignant vouloir le faire en «coordination» avec d'autres pays européens. «Il y a vraiment une rupture par rapport à la loi fondamentale de 1997, par rapport au principe  "un pays, deux systèmes" [...] donc on ne va pas rester comme cela», avait insisté le ministre.

En réponse, le porte-parole chinois a dit espérer que «certains pays» fassent preuve «de prudence en paroles comme en actions» et agissent «de façon plus positive pour la stabilité de Hong Kong».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix