Premier échange musclé sur le compte Twitter d’Edward Snowden

© Capture d'écran, compte Twitter @BenSwann

A peine Edward Snowden a-t-il rejoint Twitter qu’il a connu son premier troll - l'ancien gouverneur de New York George Pataki qui, sans tourner autour du pot, a qualifié l’ex-agent de la NSA de «traître». La réponse n’a pas été tendre.

«Certains disent que tu as du courage, j’ai constaté le vrai courage le 11 septembre. Tu n’es qu’un traître qui met la vie des Américains en danger», lit-on dans le commentaire de Pataki, qui est aussi candidat à l'investiture du parti républicain pour l'élection présidentielle américaine de 2016. Sans oublier l’endroit où se trouve le lanceur d’alerte, Pataki mentionnant qu’il «se cache en Russie».

En retour, Pataki a subi un trolling plein de remarques sarcastiques et mordantes. Les utilisateurs de Twitter n’y sont pas allés de main morte en qualifiant l’ex gouverneur de «stupide» et de «parasite», qui ne deviendra jamais président des Etats-Unis.

«Edward Snowden a rendu plus de services pour ce pays et ses concitoyens que tu ne le feras jamais», a lancé un utilisateur Twitter.

Pataki est ensuite allé plus loin, en appelant Twitter à suspendre le compte de Snowden. Apparemment, cela a été plus grande erreur de sa journée. Une vague de commentaires hostiles des utilisateurs a accusé l’ex gouverneur de vouloir interdire la liberté d’expression ce qui va à l’encontre de la Constitution américaine.

Ainsi, la question s’est imposée sur Twitter de savoir qui était le vrai «traître», Snowden ou Pataki. La majorité s’est prononcée sans surprise pour le candidat républicain.

Au-delà de ces discussions pas vraiment constructives, on peut noter que le nombre d’abonnés des deux hommes se trouvent aux antipodes l’un de l’autre. Le dénonciateur de la NSA qui vient de créer son compte Twitter a rassemblé plus d’1,17 million d’abonnés en moins de 48 heures, alors que le politicien américain plafonne à 53 000.

Aller plus loin : Edward Snowden ouvre un compte Twitter et suit... la NSA !

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales