Justice américaine : l’Arabie saoudite intouchable sur le 11 septembre

Quatorze ans après, certaines familles de victimes cherchent des responsables. © Wikipédia
Quatorze ans après, certaines familles de victimes cherchent des responsables.

Un juge américain a opposé une fin de non recevoir à plusieurs familles de victimes du 11 septembre. Elles souhaitaient poursuivre Riyad, qu’elles accusent d’avoir soutenu al-Qaïda.

Immunité diplomatique oblige, l’Arabie saoudite n’aura même pas se défendre. Le juge du district de Manhattan, George Daniels, a estimé que malgré les efforts de plusieurs familles de victimes décédées lors de l’attaque des tours jumelles, le gouvernement de Riyad demeurait à l'abri de la justice.

«Les allégations (de soutien à al-Qaïda) contenues dans la plainte ne peuvent, en elles-mêmes, suffir à attaquer en justice» a-t-il déclaré mardi.

Le témoignage de Zacarias Moussaoui comme atout

Les familles s’appuyaient sur les déclarations de l’ancien cadre d’al-Qaïda, Zacarias Moussaoui, qui accusait Riyad d’avoir soutenu le groupe terroriste, notamment financièrement. Témoignage qui n’a pas convaincu le juge Daniels.

Pourtant, en 2013, les proches de victimes avaient semblé faire une percée. La deuxième Cour d’appel régionale américaine avait ranimé le procès se basant sur une décision similaire concernant l’Afghanistan. Riyad, Kaboul, pas le même combat.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales