«Aucun fait concret» : Moscou rejette les accusations de piratage de Merkel

- Avec AFP

«Aucun fait concret» : Moscou rejette les accusations de piratage de Merkel Source: Reuters
Vue aérien sur le ministère des Affaires étrangères

La Russie a rejeté les accusations allemandes selon lesquelles des piratages russes auraient visé la chancelière allemande en 2015, quelques jours après de vives remarques d'Angela Merkel à ce sujet.

La Russie a rejeté les accusations allemandes selon lesquelles des piratages russes auraient visé la chancelière allemande en 2015, quelques jours après de vives remarques d'Angela Merkel à ce sujet.

«Cinq ans sont passés. Mais aucun fait concret (appuyant la thèse d'un piratage russe, ndlr.) n'a été fourni», a affirmé le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, dans un entretien avec le média russe RBK.

Le 13 mai, Angela Merkel avait déclaré avoir des «preuves» de tentatives «scandaleuses» de piratage russes, faisant référence à des cyber-attaques ayant visé en 2015 la chambre des députés et la chancellerie. Celle du Bundestag avait été attribuée au GRU, le renseignement militaire russe.

Certains médias allemands vont encore plus loin en affirmant que des hackers se seraient procuré, en parallèle de cette cyber-attaque, des données personnelles sur une messagerie de la chancelière sur la période allant de 2012 à 2015.

«Il n'y aucun fait témoignant contre la Russie», a insisté de son côté Sergueï Lavrov le 15 mai.

La NSA également accusée d'activités d'espionnage en Allemagne

La Russie n'est pas le seul pays à être accusé d'espionnage outre-Rhin. En 2016, la NSA, agence de renseignements américaine, avait été épinglée par WikiLeaks pour l'espionnage d'entretiens entre la chancelière allemande et le secrétaire général de l'ONU de l'époque, Ban Ki-moon, ainsi que d'autres leaders européens, dont le président français Nicolas Sarkozy. 

L'année précédente, en 2015, le journal allemand Bild avait soulevé un tollé en Allemagne en affirmant que la NSA avait tenté d'espionner des entreprises européennes via une station d'écoutes des renseignements allemands (BND). Interrogée en février dans le cadre d'une autre commission d'enquête parlementaire sur la coopération entre le BND et la NSA, Angela Merkel avait assuré ne pas savoir que ses services de renseignements agissaient de la sorte. «Je pensais que le BND n'avait pas ce genre de pratiques», avait-elle déclaré.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»