Viktor Orban snobe le débat du Parlement européen sur la loi d'état d'urgence en Hongrie

Viktor Orban snobe le débat du Parlement européen sur la loi d'état d'urgence en Hongrie© Ludovic Marin Source: AFP
Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, lors d'un sommet du Conseil européen, le 21 février 2020, à Bruxelles, en Belgique (image d'illustration).

Le Premier ministre hongrois ne participera pas au débat organisé le 14 mai au Parlement européen, sur la loi d'état d'urgence dans son pays liée à la pandémie. Budapest dénonce une «chasse aux sorcières» menée par les «gauchistes» et les «libéraux».

Le premier ministre hongrois Viktor Orban a décliné ce 13 mai l’invitation du président du Parlement européen à prendre part au débat sur la loi d’état d’urgence en Hongrie. «A l'heure actuelle, la lutte contre l'épidémie consomme toute mon énergie et ma force», a fait savoir le chef du gouvernement auprès de l’agence hongroise MTI, en réponse à la proposition de David Sassoli, président du Parlement.

Lors d’un débat en session plénière prévu pour le 14 mai, l’assemblée des eurodéputés se penchera sur la législation instaurée en Hongrie fin mars face à la pandémie de Covid-19, qui permet au Premier ministre de gouverner jusqu'à nouvel ordre par décret. Dans une lettre adressée à Viktor Orban, David Sassoli avait souligné que ces débats nécessitaient selon lui «un niveau de participation du chef de l’Etat ou du gouvernement».

Selon l'AFP, Budapest avait prévu d'être représenté par la ministre de la Justice Judit Varga.

Budapest condamne les «gauchistes» et les «libéraux» du Parlement européen

Ce 13 mai également, un porte-parole du gouvernement hongrois, Zoltan Kovacs, a déclaré sur Twitter : «Le PE [Parlement européen] tiendra une session sur la loi hongroise de protection face au coronavirus demain. Précédemment, la Commission européenne, seule institution de l’UE habilitée à réviser les législations nationales, et Vera Jourova [vice-présidente de la Commission européenne chargée des Valeurs et de la Transparence] ont confirmé que la loi n’[était] pas contraire au droit de l’UE.»

Il a par la suite dénoncé une «chasse au sorcières» et un «procès spectacle». «Ce sont des gauchistes et des libéraux faisant de la politique alors que le continent est confronté à l'une des plus grandes crises sanitaires et économiques que nous avons connus en un siècle», a-t-il encore fustigé.

Loi sur l'état d'urgence : de quoi parle-t-on ?

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a obtenu, à une très large majorité le 30 mars, l'aval du Parlement – dominé par son parti, le Fidesz et ses alliés – pour légiférer par ordonnances dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Le président Janos Ader (Fidesz), a signé cette loi sur l'état d'urgence dans le pays pour une durée indéterminée, déclarant qu'elle était conforme aux traités internationaux et à la Constitution hongroise.

Les nouvelles dispositions permettent au dirigeant hongrois de prolonger indéfiniment l'état d'urgence, en vigueur depuis le 11 mars, sans demander l'aval du Parlement. Aucune élection ne peut par ailleurs se tenir dans ce contexte. Le gouvernement peut également «suspendre l'utilisation de certaines lois par décret [...] et introduire d'autres mesures extraordinaires» par ordonnances gouvernementales, dans le but de garantir «santé, sécurité personnelle et matérielle des citoyens, ainsi que l'économie». La loi instaure en outre jusqu'à cinq ans de prison pour la diffusion de «fausses nouvelles» concernant le virus ou les mesures du gouvernement. Ces mesures ont provoqué l'inquiétude de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, mais aussi de 16 Etats européens, qui avaient mis en garde, le 2 avril, contre les violations de l’Etat de droit dans l'UE au motif de lutte contre la pandémie de Covid-19.

Le 11 mai, Budapest a convoqué les ambassadeurs de cinq pays nordiques (L'Islande, la Suède, le Danemark, le Norvège et la Finlande), accusés de diffuser de fausses informations sur la Hongrie après qu'ils se sont dit inquiets pour la démocratie dans ce pays, en référence à la loi d'état d'urgence.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»