Dénonçant un esprit de «toxicité» chez Amazon, un vice-président claque la porte avec fracas

Dénonçant un esprit de «toxicité» chez Amazon, un vice-président claque la porte avec fracas© Emmanuel DUNAND Source: AFP
Image d'illustration.

L'informaticien et vice-président d'Amazon, Tim Bray, a démissionné avec fracas du poste qu'il occupait depuis plus de cinq ans. Il s'est fendu au passage d'une longue diatribe contre la multinationale américaine.

Le vice-président d'Amazon Tim Bray a annoncé sa démission le 1er mai d'Amazon Web Services, pour protester contre le licenciement de plusieurs employés aux Etats-Unis qui avaient dénoncé leurs conditions de travail en période de Covid-19. Le cadre dirigeant affirme avoir protesté par les canaux officiels de la société, sans vouloir donner plus de détails sur ces échanges.

Rester un vice-président d'Amazon aurait signifié, de fait, avaliser des actions que je méprisais

«Ceci étant fait, rester un vice-président d'Amazon aurait signifié, de fait, avaliser des actions que je méprisais. Alors  j'ai démissionné», a justifié l'ingénieur, soulignant avec humour que quitter ce poste lui coûterait probablement plus d'un «million – hors impôt – de dollars, sans parler [de perdre] le meilleur boulot que j'ai jamais eu».

Parmi les noms de salariés licenciés cités, figurent ceux d'Emily Cunningham et Maren Costa, membres de l'organisation Amazon Employees For Climate Justice (AECJ), un groupe d'employés engagés sur des questions climatiques. Les deux militantes avaient dénoncé, en mars sur Twitter, la mise en danger des salariés d'Amazon par manque de mesures de sécurité en période de crise du Covid-19.

L'entreprise a, selon le site DataNews, justifié ces licenciements non pas pour les prises de position des deux femmes, mais pour non-respect du règlement intérieur, sans donner davantage de détails. 

«Les motifs [de licenciement] étaient risibles», estime l'ancien vice-président de la multinationale, pour qui «il était clair pour n'importe quel observateur» que ces salariés avaient été licenciés pour avoir «donné l'alerte». «Je suis sûr que c'est une coïncidence que chacun d'eux soit une personne de couleur, une femme ou les deux. Vrai ?», ironise-t-il plus loin en égrenant une liste plus longue de salariés licenciés. 

«Tirer sur les lanceurs d'alerte n'est pas seulement un effet secondaire des forces macroéconomiques,  ni intrinsèque à la fonction du libre marché. C'est la preuve d'une veine de toxicité qui traverse la culture de l'entreprise. Je choisis de ne pas servir ni boire ce poison», justifie-t-il plus loin.

Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon, a de son côté vanté l'augmentation aux Etats-Unis des embauches (175 000 salariés supplémentaires) et l'augmentation des salaires des opérateurs à 17 dollars de l'heure pendant la crise. 

En France, la sécurité sanitaire des salariés d'Amazon en temps de pandémie a également fait polémique, sous la pression notamment des syndicats. L'entreprise a préféré fermer ses entrepôts dans l'Hexagone  jusqu'au 5 mai inclus, après une décision de justice l'obligeant à restreindre ses livraisons aux biens de première nécessité sous astreinte de 100 000 euros par infraction constatée. Depuis le 16 avril, une grande partie des salariés de l'entreprise restent donc chez eux, payés à plein salaire aux frais d'Amazon. Le géant d'internet a de surcroît essuyé un refus concernant une demande de chômage partiel pour 10 000 employés.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»