Report des dernières audiences sur l'extradition de Julian Assange, en raison du coronavirus

Report des dernières audiences sur l'extradition de Julian Assange, en raison du coronavirus© Daniel LEAL-OLIVAS Source: AFP
Un des bâtiments de la prison de haute sécurité de Belmarsh (image d'illustration).

Comme demandé par les avocats de Julian Assange, les dernières audiences sur son extradition aux Etats-Unis sont reportées du fait de conditions non réunies pour organiser sa défense. Le lanceur d'alerte ne devrait pas être entendu avant novembre.

La juge britannique Vanessa Baraitser a annoncé ce 27 avril que les audiences sur l'extradition aux Etats-Unis de Julian Assange ne pourraient pas reprendre le 18 mai, comme prévu initialement. Face aux difficultés empêchant de réunir physiquement les différentes parties en raison de la pandémie de Covid-19, celles-ci sont appelées à fixer le 4 mai l'ajournement de ces audiences, qui pourraient ainsi être repoussées au mois de novembre, selon les disponibilités du tribunal londonien de Woolwich Crown, où les dernières audiences ont eu lieu.

En pleine crise sanitaire du coronavirus, les avocats du ressortissant australien ont accepté le report. Ils avaient auparavant plaidé pour cette option face à l'impossibilité d'organiser efficacement la défense du fondateur de WikiLeaks, lui-même très vulnérable dans le cadre de la crise sanitaire.

Son avocat a, par exemple, déclaré ce 27 avril que Julian Assange n'avait pas pu participer à l'audience du jour, même en visioconférence. Le passage de sa cellule de prison à la salle d'interrogatoire implique en effet un contact risqué avec des détenus et le personnel de l'établissement, potentiellement porteurs du virus.

Depuis son incarcération à la prison de haute sécurité de Belmarsh, Julian Assange a vu son état de santé se dégrader, amenant plusieurs observateurs, dont le rapporteur spécial de l'Onu sur la torture Nils Melzer, à demander sa remise en liberté.

Au mois de mars, le fondateur de WikiLeaks s'est vu débouté de sa demande de libération sous caution. Alors que le virus court dans la prison de Belmarsh, la juge n'avait pas estimé sa libération nécessaire

Malgré les appels à la libération du ressortissant australien, Washington réclame toujours son extradition pour répondre de 17 chefs d'inculpation dont la publication de milliers de fichiers diplomatiques et militaires américains classifiés qui a permis de révéler des crimes de guerre américains en Irak et en Afghanistan. A 48 ans, Julian Assange pourrait être condamné à 175 ans d'emprisonnement de l'autre côté de l'Atlantique. S'il survit à Belmarsh.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»