Un sergent des forces aériennes doit quitter la salle d'attente d'un hôpital à cause de son uniforme

Mark Prendeville© Facebook
Mark Prendeville

Le personnel d’un hôpital britannique a fait sortir un technicien d'entretien d'aéronef qui avait servi en Irak et en Afghanistan de la salle d’attente car son uniforme aurait pu déranger des personnes d'autres cultures, selon le Daily Mail.

Le sergent des forces aériennes royales du Royaume-Uni, Mark Prendeville, 38 ans a été transporté à l’hôpital de la Reine-mère Elizabeth II dans le comté de Kent après avoir reçu des produits chimiques dans les yeux lors d'un entraînement.

Le personnel de l’hôpital l’a fait s'asseoir dans un coin vide de la salle d’attente, puis lui a demandé de quitter la pièce. Des fonctionnaires hospitaliers ont expliqué aux membres de la famille du militaire qu’ils «ne voulaient pas déranger les gens», parce qu’il y avait «plusieurs cultures différentes» présentes.

Le père de Mark, Jim Prendeville, a déploré à Daily Mail : «Mark était très énervé, mais il est un gars tranquille et n’a pas voulu causer de problèmes. Il ne s’inquiétait pas de ses brûlures, il était plus perturbé par la façon dont on l'avait traîté. J’ai été absolument dégoûté quand je l’ai entendu. Je ne vois pas en quoi  son uniforme est si dérangeant».

En savoir plus : Royaume-Uni : après le scandale du cochon mort, David Cameron attaqué sur sa politique étrangère

Des anciens combattants et des militaires ont condamné cet acte du personnel de l’hôpital. Ainsi, l’ancien chef d'état-major des forces aériennes Michael Gordon a qualifié l’incident de «décevant». Et un ancien navigateur des forces aériennes John Nichol l’a décrit comme «horrifiant».

Suite à cette réaction, un porte-parole des hôpitaux universitaires de l'Est du Kent a présenté ses excuses pour cet «embarras».

Ce n’est pas le premier cas où l’uniforme de militaires met mal à l'aise le personnel d'un lieu public en Grande-Bretagne. Ainsi, en 2008, un soldat nommé Zachary Hoyland avait été ordonné de quitter un train dans la ville de Chesterfield, parce qu’il n’a pas pu présenter sa carte d’identité. Et l’année dernière, un vendeur a refusé de vendre des cigarettes à un militaire parce que ce dernier portait un uniforme.

En savoir plus : Les tactiques dures de Cameron : bellicisme et bourdes politiques (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales