A peine installé le nouveau système de contrôle des déplacements à Moscou vire au chaos

A peine installé le nouveau système de contrôle des déplacements à Moscou vire au chaos© Mikhail Voskresekski Source: Sputnik
Contrôle des laissez-passer électroniques dans le métro de Moscou

Suite à la mise en place de laissez-passer électroniques à Moscou, de longues files d'attente se sont formés dans le métro, obligeant les autorités à revoir leur système de contrôle.

Dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, le matin du 15 avril, Moscou a mis en place un système de laissez-passer pour tous les déplacements en transport en commun ou en voiture. Ce système de contrôle a été conçu afin de réduire le nombre de déplacements dans la capitale et aider à contrôler le confinement. Le système s’est avéré défaillant dès les premières heures. 

Les forces de l’ordre ont commencé à contrôler les laissez-passer électroniques des passagers à l’entrée des stations du métro de Moscou. De longues files d'attente se sont formées aux abords des stations. Les usagers ont parfois dû patienter plus d'une demi-heure. Sur les réseaux sociaux ont été publiées une multitude de photographies et vidéos montrant que la distance de sécurité de 1,5 mètre conseillée par les autorités sanitaires n’était pas respectée.

Peu après l'heure de pointe du matin, le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a réagi à cette situation sur son compte Twitter : « Les queues ont été éliminées et la situation s'est normalisée. Nous devons passer à l'avenir à un contrôle automatique des laissez-passer.» 

Le même jour, le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a expliqué aux journalistes ne pas vouloir «tirer de conclusions» dans l'immédiat, tout en reconnaissant que «tout n'était pas parfait». Il a qualifié la situation de «dangereuse» mais a apporté son soutien à un système, qui, selon lui, «va fonctionner de manière efficace».

Les médias russes ont également évoqué des embouteillages aux portes de Moscou en raison des contrôles opérés par la police. Selon l'agence russe d'information TASS, la police contrôlait les véhicules de manière sélective, se concentrant principalement sur les voitures immatriculées dans d’autres régions russes. 

Les autorités moscovites ont affirmé que 3,2 millions de ces laissez-passer avaient été délivrés dans la capitale, dont 900 000 avaient été annulés en raison d'informations inexactes.

Commentant cette situation chaotique, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a profité de l'occasion pour rappeler aux Moscovites que le système de santé de la ville était particulièrement occupé et que des restrictions de circulation étaient nécessaires.

Selon les dernières estimations, le nombre de cas de COVID-19 en Russie s’élève à 27 938, dont 16 146 cas à Moscou.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»