Face au coronavirus, l'Afrique du Sud lance une campagne de dépistage massive

En Afrique du Sud, le dernier bilan fait état de 1 600 personnes contaminées par le Covid-19, dont 11 décédées. Pretoria a choisi la stratégie du dépistage massif, mais craint que la propagation du virus ne s'accélère malgré le confinement.

Si le coronavirus n'a pas encore fait autant de dégâts en Afrique du Sud qu'en Europe ou aux Etats-Unis, les autorités de Pretoria ont néanmoins rapidement pris des mesures drastiques face à l'épidémie, qui a déjà infecté près de 1 600 personnes et fait 11 morts dans le pays. 

La semaine dernière, le président Cyril Ramaphosa a ainsi ordonné à ses 57 millions de concitoyens de rester confinés chez eux pendant trois semaines, soit jusqu'au 16 avril.

«Je suis angoissé d'être à l'intérieur, je n'aime pas ça, c'est pour ça que je suis sorti et je suis sûr que beaucoup d'autres personnes sont frustrées d'être à la maison» explique Rafiq, un habitant du Cap.

Campagne de dépistage massif

Les frontières et les écoles ont aussi été fermées, alors qu'un dépistage de masse a été lancé dans les quartiers, banlieues et bidonvilles déshérités. Cette campagne mobilise près de 10 000 médecins, infirmiers et bénévoles. L'armée a été appelée en renfort pour soutenir le déploiement policier à travers le pays. Des mesures que nous a décrites notre journaliste présente au Cap, Sophie Normand-Couturier.

Le plan du ministre de la Santé, Zweli Mkhiz, vise à intensifier le dépistage, comme l'a fait la Corée du Sud dont il prend exemple, pour contrôler l'épidémie, notamment en renforçant les capacités de dix laboratoires publics du pays.

Passer de 5 000 à 30 000 tests par jour

Face à la menace d'une accélération de l'épidémie, le ministre de la Santé espère renforcer les capacités de dépistage la semaine prochaine en passant de 5 000 à 30 000 tests par jour grâce à 67 laboratoires mobiles. Le pays entend aussi suivre de manière plus efficace les personnes testées positives en retraçant leur parcours grâce aux données de localisation fournies par les opérateurs téléphoniques. Pour autant, la ministre de la Communication assure que la technologie ne sera pas utilisée à des fins d'espionnage des citoyens et que le droit à la vie privée sera respecté.

Le calme avant une tempête dévastatrice

Malgré ces initiatives gouvernementales, l'inquiétude est très forte en Afrique du Sud : le ministre de la Santé a déjà laissé entendre publiquement que la lente progression de l'épidémie observée ces derniers jours n'était peut-être que «le calme avant une tempête dévastatrice.»

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»