Paris a réquisitionné 4 millions de masques, dont la moitié était destinée... à Madrid et Rome

Paris a réquisitionné 4 millions de masques, dont la moitié était destinée... à Madrid et Rome© MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA
Image d'illustration

La France a saisi début mars 4 millions de masques d'une société suédoise qui transitaient sur sol, dont une partie était destinée à l'Espagne et l'Italie. S'ils ont finalement été livrés, l'épisode fait naître des tensions entre Paris et Stockholm.

La solidarité européenne ne serait-elle qu'un trompe-l'œil mis en lumière par l'épidémie de coronavirus ? Selon des révélations de L’Express du 1er avril, le gouvernement français a réquisitionné le 5 mars dernier un stock de quatre millions de masques appartenant à la société Mölnlycke, une entreprise suédoise.

Problème, la moitié de ces masques arrivés de Chine et qui transitaient sur le territoire français, étaient destinés... à l’Espagne et l’Italie, deux partenaires européens de Paris, eux aussi durement touchés par la propagation du virus. Le gouvernement, fortement critiqué pour son manque d'anticipation dans la crise, avait décidé le 3 mars de réquisitionner, comme en temps de guerre, tous les stocks de matériels sur le sol français.

L’entreprise suédoise a eu beau appeler à l'aide le gouvernement de son pays, cela n'a eu aucun effet deux semaines durant. Ce n'est qu'aux bout d'âpres négociations que le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) a finalement accepté de laisser partir la moitié de ces masques à titre dérogatoire vers l’Italie et l’Espagne. Conséquence de la mésaventure, la multinationale suédoise Mölnlycke a décidé à l'avenir de ne plus faire transiter ses importations par la France, préférant passer par un port belge. «Ce sera plus cher mais, au moins, nous éviterons les saisies arbitraires pratiquées dans l'Hexagone», a confié un représentant de l'entreprise Mölnlycke à L'Express.

L'épisode risque de laisser des traces entre Stockholm et Paris : «Nous ne comprenons pas la manière d'agir des Français qui nous paraît inefficace», accuse ainsi dans les colonnes du magazine un haut fonctionnaire suédois sous couvert d'anonymat qui critique la façon de proclamer «Moi d'abord !» de la France. Réponse cinglante d'un haut fonctionnaire français : «Nous commençons à en avoir assez des leçons de morale des Suédois.»

Une histoire qui n'est pas sans rappeler les révélations explosives du quotidien italien La Repubblica, le 21 mars dernier, selon lesquelles les autorités tchèques avaient «arbitrairement saisi une énorme cargaison de 680 000 masques et de milliers de respirateurs que la République populaire [de Chine] avait envoyée [à l'Italie]». Après la polémique, Prague s'était excusé, assurant que Rome «ne [perdrait] rien».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»