L'Iran libère le chercheur français Roland Marchal

- Avec AFP

L'Iran libère le chercheur français Roland Marchal© Thomas Samson Source: AFP
Un rassemblement de soutien à Rolan Marchal, le 5 juin 2019, à Paris (image d'illustration).

L'Elysée a annoncé que Téhéran avait procédé à la libération du chercheur français Roland Marchal, emprisonné depuis juin 2019. Il pourrait en réalité s'agir d'un échange de prisonniers entre la France et l'Iran.

Après neuf mois et demi de détention, l'Iran a libéré le chercheur français Roland Marchal, en échange, selon Téhéran, de la libération par la France d'un ingénieur iranien menacé d'extradition aux Etats-Unis. L'annonce a été faite par Paris dans un bref communiqué diffusé dans la matinée du 21 mars. Il est attendu en France en milieu de journée. Si Emmanuel Macron s'est dit «heureux» d'annoncer sa libération, il a en revanche de nouveau «exhorté les autorités iraniennes à libérer immédiatement notre compatriote Fariba Adelkha», chercheuse franco-iranienne toujours emprisonnée en Iran.

Roland Marchal avait été arrêté en juin 2019, en même temps que sa compagne, Fariba Adelkhah, chercheuse comme lui au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po Paris. La France n'a cessé de réclamer leur libération depuis. 

Le 20 mars, jour du Nouvel An persan, l'Iran a annoncé un échange de détenus entre Paris et Téhéran. La République islamique a indiqué que la France avait libéré l'ingénieur iranien Jalal Rohollahnejad, dont la justice française venait d'accepter l'extradition vers les Etats-Unis, sans préciser le nom du Français libéré dans l'échange. La présidence française, de son côté, se garde d'évoquer un échange de prisonniers.

L'anthropologue franco-iranienne Fariba Adelkhah, spécialiste du chiisme, 60 ans, et son compagnon, l'africaniste Roland Marchal, 64 ans, venu la rejoindre pour une visite privée, avaient été arrêtés par les Gardiens de la Révolution le 5 juin 2019 à l'aéroport de Téhéran. Tous deux étaient accusés de «collusion en vue d'attenter à la sûreté nationale», un crime passible de deux à cinq ans de prison. La chercheuse est aussi poursuivie pour «propagande contre le système». L'accusation d'espionnage la visant, passible de la peine de mort, a en revanche été levée en janvier. Seule Fariba Adelkhah est apparue le 3 mars à l'ouverture de leur procès, aussitôt reporté à une date non précisée.

Isolement quasi-complet

A Paris, leur comité de soutien a toujours clamé leur innocence et réclamé leur libération immédiate, disant craindre pour leur vie en raison de leur état de santé. «Nous accueillons avec soulagement l'arrivée de Roland Marchal à Paris après près de neuf mois de détention arbitraire dans des conditions très dures. Mais seule la moitié du chemin est parcourue», a rappelé à l'AFP Jean-François Bayart, professeur à l'IHEID (Institut de hautes études internationales et du développement) de Genève et membre de ce comité.

Leurs inquiétudes se sont renforcées en raison de la propagation accélérée du Covid-19 en Iran, un des pays les plus touchés au monde avec un bilan de 1 433 morts le 20 mars. L'épidémie est particulièrement redoutée en milieu carcéral. Fariba Adelkhah a en outre été très affaiblie par une grève de la faim de 49 jours. Roland Marchal, en isolement quasi-complet, était pour sa part très affecté «mentalement et physiquement», selon son avocat. 

Aucune information n'a filtré sur les circonstances de sa libération. Mais les deux chercheurs étaient considérés comme une possible monnaie d'échange pour la libération de l'ingénieur iranien, détenu en France depuis février 2019 et dont les Etats-Unis réclament l'extradition. Jalal Rohollahnejad est accusé par Washington d'avoir tenté de faire entrer en Iran du matériel technologique en violation des sanctions américaines contre Téhéran. 

Au cours des derniers mois, l'Iran a procédé à plusieurs échanges de prisonniers avec des pays détenant des ressortissants iraniens condamnés, en attente de procès, ou menacés d'extradition vers les Etats-Unis. Téhéran a aussi libéré plusieurs prisonniers emblématiques à l'occasion du Nouvel An persan, sur fond de coronavirus, alors que l'Iran, déjà exsangue en raison des sanctions américaines, est encore affaibli par la pandémie. 

Un Américain détenu depuis 2018 a ainsi été libéré le 19 mars, officiellement pour «raisons médicales», tandis que l'Irano-Britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe, employée de la Fondation Thomson Reuters, a obtenu le 17 mars une permission de sortie temporaire de la prison de Téhéran.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»