Syrie, le départ de Bachar el-Assad n'est plus un préalable à la négociation selon Laurent Fabius

Laurent Fabius a développé une autre stratégie diplomatique française en Syrie© Stephane Mahe Source: Reuters
Laurent Fabius a développé une autre stratégie diplomatique française en Syrie

«Un gouvernement d'union nationale» incluant le régime et l'opposition serait selon le ministre français des Affaires étrangères la solution politique à la crise syrienne. Par ailleurs il n'exige plus comme préalable le départ de Bachar el-Assad.

«Toute discussion est vouée à l'échec si l'on dit : Quoi qu'il arrive, le futur de la Syrie, ce sera Bachar el-Assad. Mais si on exige, avant même que la négociation commence, qu'Assad présente ses excuses, on n'avancera pas non plus». Cette déclaration résume en susbstance l'interview simultanée donnée par Laurent Fabius au Figaro, La Tribune de Genève, El Pais, La Repubblica et Le Soir.

La déclaration du chef de la diplomatie illustre l'infléchissement de la diplomatie française quant à la Syrie, infléchissement initié par François Hollande lors de sa récente conférence de presse à l'Elysée.

En savoir plus: Le président François Hollande juge «nécessaires» des frappes françaises en Syrie

En effet, alors que Paris a longtemps fait du départ de Bachar el-Assad une condition préalable sine qua non, Laurent Fabius évoque désormais un départ à un moment du processus. Il estime également qu'il sera nécessaire de «conserver l'armée et d'autres piliers de l'Etat»: «La négociation doit aborder ces aspects: il faut à la fois des éléments du régime et des membres de l'opposition qui refusent le terrorisme». 

En savoir plus: La politique française en Syrie, entre hésitation, revirement et mesures cosmétiques

Laurent Fabius estime également qu'il ne faut pas réitérer les erreurs commises en Irak antérieurement en conservant en Syrie «l'armée et d'autres piliers de l'Etat».

En savoir plus: Syrie : pour l'Autriche, Assad fait bien partie de la solution

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales