Ankara déploie 1 000 policiers à la frontière gréco-turque pour éviter le retour des migrants

Ankara déploie 1 000 policiers à la frontière gréco-turque pour éviter le retour des migrants© Ozan KOSE Source: AFP
Des migrants se réchauffent près de la frontière grecque, dans la ville turque d'Edirne, le 5 mars 2020 (image d'illustration).

Ce 5 mars, le ministre de l'Intérieur Süleyman Soylu a annoncé le déploiement d'un millier de policiers le long d'un fleuve frontalier avec la Grèce pour «empêcher» Athènes de repousser les migrants qui tentent de rejoindre l'Europe.

Un aller sans retour. Après avoir ouvert les portes de l'Europe aux migrants, Ankara a décidé de déployer un millier de policiers le long d'un fleuve frontalier avec la Grèce afin d'empêcher Athènes de les refouler vers la Turquie : «Ce [5 mars], nous avons envoyé le long du fleuve Meriç 1 000 membres des forces spéciales de la police, pleinement équipés, pour les empêcher de repousser [les migrants]», a déclaré le ministre de l'Intérieur Süleyman Soylu, lors d'une visite dans la zone frontalière.

La Turquie, qui tente d'obtenir davantage de soutien occidental en Syrie face au pouvoir syrien et son allié russe, avait décidé le 28 février d’ouvrir sa frontière avec la Grèce pour laisser passer vers l'Europe les migrants se trouvant déjà sur son territoire. Après cette annonce, plusieurs milliers de personnes ont afflué au point de passage de Pazarkule.

Plusieurs canots pneumatiques transportant des migrants sont en outre arrivés sur les îles égéennes de Lesbos, Chios et Samos. Le phénomène a d'ores et déjà donné lieu à de violents heurts en dépit des mesures musclées prises par Athènes.

En face, l’Union européenne qui redoute un phénomène migratoire semblable à celui de 2015 – celui-ci avait notamment été facilité par la politique d'immigration promue par Angela Merkel, avec son lot de conséquences sociales, économiques et politiques en Allemagne et dans d'autres pays européens – a dénoncé le 4 mars «l’usage par la Turquie de la pression migratoire à des fins politiques» et promis de «prendre toutes les mesures nécessaires» pour protéger ses frontières.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»