Grèce : des habitants de Lesbos incendient un centre d'accueil pour migrants inoccupé

Grèce : des habitants de Lesbos incendient un centre d'accueil pour migrants inoccupé© ARIS MESSINIS / AFP Source: AFP
Ancien centre d’hébergement de l'ONU incendié à Skala Sykamia (île de Lesbos) le premier mars.

Furieux et inquiets face à la perspective d'une nouvelle vague migratoire eu égard à la décision de la Turquie d'ouvrir ses portes vers l'UE, des habitants de l'île grecque de Lesbos ont incendié un ancien centre d’hébergement de l'ONU.

Des habitants de l'île grecque de Lesbos ont mis le feu dans la soirée du 1er mars à un centre d'accueil inoccupé de migrants près de la plage de Skala Sykamineas, après en avoir bloqué l'entrée selon l'AFP. Ce centre, autrefois géré par le Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU, avait été fermé fin janvier. Il accueillait auparavant les migrants avant qu'ils soient conduits vers un centre d'hébergement sur l'île.

Quelque 150 habitants se sont rassemblés autour du centre après l'arrivée de nouveaux migrants sur la plage de Skala Sykamineas. Craignant qu'il rouvre ses portes, ils l'ont ensuite incendié partiellement.

Des images publiées sur les réseaux sociaux par la chaîne de télévision grecque Skai ont par ailleurs montré des manifestants s'en prendre à un vidéaste allemand présent sur port de Thermi. Ce dernier a été roué de coups et son matériel jeté à l'eau.

L'AFP rapporte que, plus globalement, «certains locaux s'en sont pris aux journalistes et photographes, les frappant et jetant des appareils photo à la mer».

Des habitants de l'île empêchent des migrants d'accoster aux cris de «rentrez en Turquie»

Manifestant leur colère face à l'arrivée de nouveaux demandeurs d'asile, des habitants ont également empêché un canot avec une cinquantaine de migrants d'accoster, aux cris de «rentrez en Turquie».

Selon l'AFP, des locaux furieux de l'arrivée de plusieurs embarcations ont crié des insultes au représentant local du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), sur le port de Thermi.

Environ 500 candidats à l'asile ont débarqué sur l'île dans la journée.

Depuis la décision turque de ne plus retenir les migrants aux frontières de l'Europe, des milliers d'entre eux affluent désormais vers la Grèce. Ils étaient environ 13 000 à affluer vers l'Ouest à la mi-journée du 1er mars selon l'ONU. 

Côté grec, l'île de Lesbos  a été secouée par des émeutes le 27 février contre l'installation d'un nouveau camp de migrants. Le gouvernement grec a renforcé les patrouilles sur les 200 kilomètres de frontière terrestre avec la Turquie et bloqué l'entrée illégale de près de 10 000 migrants. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»