Syrie : Moscou accuse Ankara de soutenir des «groupes armés illégaux»

Syrie : Moscou accuse Ankara de soutenir des «groupes armés illégaux»© Omar HAJ KADOUR Source: AFP
Des combattants syriens soutenus par la Turquie patrouillent dans la ville de Saraqeb dans la partie orientale de la province d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, le 27 février 2020 (image d'illustration).

Ce 27 février, le ministère russe de la Défense a accusé la Turquie d'appuyer militairement «groupes armés illégaux» dans la province d'Idleb «par des tirs d'artillerie» ainsi que des drones. Pour Moscou, Ankara viole ainsi les accords de Sotchi.

Le ministère russe de la Défense a accusé ce 27 février la Turquie de soutenir militairement les groupes armées combattant l'armée syrienne dans la province d'Idleb. «En violation des accords de Sotchi [de 2018], la partie turque continue de soutenir des groupes armés illégaux dans la zone de désescalade d'Idleb par des tirs d'artillerie», a déclaré le ministère, ajoutant dans la foulée que la Turquie avait également recours à des drones.

Citant le représentant russe pour la Syrie, Oleg Jouravlev, le ministère russe de la Défense a par ailleurs affirmé qu'un drone turc avait été abattu le 25 février alors qu'il s'apprêtait à franchir la frontière turco-syrienne pour frapper les forces gouvernementales syriennes. Ankara n'a pour l'heure pas réagi à la déclaration du ministère russe. Plus tôt, la télévision russe, citée par Reuters, avait affirmé que des spécialistes militaires turcs présents à Idleb utilisaient des missiles antiaériens pour tenter d'abattre des avions militaires russes et syriens. 

Ce n'est pas la première fois que la Russie reproche à la Turquie de ne pas respecter les accords de cessez-le-feu en Syrie. Evoquant les accords de Sotchi, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait expliqué que la Turquie avait l'obligation de neutraliser les groupes terroristes mais que «tous ces groupes bombardent les troupes syriennes et mènent des actions agressives contre les installations militaires russes».

Malgré cette escalade des tensions, notamment dans la province d'Idleb, les présidents russe et turc ont convenu avec leur homologue français ainsi que la chancelière allemande de se réunir le 5 mars à l'occasion d'un sommet sur la Syrie qui portera notamment sur la situation à Idleb, d'où la Turquie a récemment annoncé qu'elle n'entendait pas se retirer

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»