Algérie : manifestations dans plusieurs villes à la veille du premier anniversaire du «Hirak»

- Avec AFP

Algérie : manifestations dans plusieurs villes à la veille du premier anniversaire du «Hirak»© Ryad Kramdi Source: AFP
Manifestation contre le pouvoir à Alger (Algérie), le 21 février 2020.

Alors que le mouvement de contestation célébrera le 22 février sa première année de mobilisation nationale, les rues algériennes sont occupées massivement pour le 53e vendredi d'affilée, ce 21 février.

Les Algériens sont descendus en masse lors du 53e vendredi consécutif, pour entretenir à la veille de son premier anniversaire, la flamme d'une contestation inédite qui aura contraint Abdelaziz Bouteflika à démissionner mais sans réussir néanmoins à changer le «système» au pouvoir depuis l'indépendance.

Plus massive que les derniers vendredis, une foule compacte de manifestants – dont le nombre est difficile à évaluer – défile depuis le début d'après-midi près de la Grande Poste, au cœur d'Alger, point de rassemblement emblématique depuis un an, mais aussi dans plusieurs villes du pays, comme Oran, Mostaghanem, Tiaret, Tizi Ouzou ou encore Béjaïa.

A Alger, la mobilisation en cette veille du 1er anniversaire du Hirak, les rues et les places du centre-ville sont noires de monde. Les manifestants de la capitale ont fait défiler une grande bougie allumée pour l'occasion, tout en chantant : «Nous sortons pour que vous partiez et non pour célébrer.»

«Le peuple veut la chute du régime», «le gang des bandits doit partir», lancent-ils également.

Plusieurs organisations citoyennes et partis ont appelé à «la mobilisation populaire pour disqualifier l'agenda de la régénération du "système" et jeter les bases d'une nouvelle République».

«Continuer la mobilisation»

Selon de nombreux témoignages sur les réseaux sociaux, des barrages filtrants ont été mis en place dès le 20 février au soir aux entrées de la capitale pour compliquer l'accès des Algériens venus d'autres régions. Des marches imposantes se déroulent également dans les grandes villes de province, toujours selon les images diffusées sur les réseaux sociaux.

Il y a un an, le vendredi 22 février 2019, de nombreux Algériens, qu'on disait alors résignés et dépolitisés, ont envahi soudainement les rues à travers le pays, contre la volonté annoncée du président Bouteflika – quasi-invisible et muet depuis un AVC en 2013 – de briguer un 5e mandat. Après six semaines de manifestations, le Hirak a poussé l'état-major de l'armée, pilier du régime, à exiger et obtenir le 2 avril la démission du président Bouteflika. Assurant ouvertement le pouvoir, le haut commandement militaire, incarné par le général Ahmed Gaïd Salah, a toutefois balayé ensuite les revendications sur un changement total du «système», et multiplié les arrestations.

Dans un entretien le 20 février au soir avec la presse nationale, le président Abdelmadjid Tebboune, ex-fidèle de Bouteflika élu en décembre lors d'une présidentielle massivement boudée, a rendu hommage au «Hirak béni» qui a empêché «l'effondrement total» du pays. Il a assuré qu'il allait mettre en œuvre «l'ensemble de ses revendications».

Mais, dans un Manifeste du 22-Février publié le même jour et distribué ce 21 février par les manifestants, des organisations proches du Hirak exhortent à «continuer la mobilisation». Les slogans restent d'actualité, rappelle le texte, qui exprime «une volonté de rupture avec les institutions actuelles» et le refus «que le processus de changement soit confié au pouvoir en place». Ce manifeste dénonce aussi la poursuite des «mesures répressives» contre journalistes, militants et manifestants et rappelle que les Algériens «veulent que leur pays soit gouverné et géré dans la transparence».

Largement informelle, sans structure organisée ou dirigeants identifiés, la contestation doit à son tour se repenser au risque de s'essouffler. Doit-elle accepter la «main tendue» par le président Tebboune? Doit-elle se structurer, au risque d'afficher au grand jour ses clivages et ses contradictions?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»