Idleb : la Russie annonce des frappes en soutien à l'armée syrienne, attaquée par des terroristes

Idleb : la Russie annonce des frappes en soutien à l'armée syrienne, attaquée par des terroristes© Sergey Pivovarov Source: Sputnik
Des avions Su-24 en septembre 2019, en Russie (image d'illustration).

Le ministère russe de la Défense a fait savoir ce 20 février avoir défendu l'armée syrienne contre un assaut de terroristes dans la région d'Idleb. Moscou accuse la Turquie d'avoir soutenu cette offensive à l'aide de son artillerie.

Dans un communiqué, le ministère russe de la Défense a appelé ce 20 février la Turquie à «cesser de soutenir les actions des groupes terroristes et de leur donner des armes» dans la région d'Idleb en Syrie.

Le ministère a également annoncé avoir mené des frappes aériennes près d'Idleb, en soutien à l'armée syrienne, contre un assaut de terroristes qui auraient été soutenus par l'artillerie turque, selon Moscou. Le Centre russe pour la réconciliation en Syrie, cité par l'agence Tass, a détaillé l'offensive russe : «Afin d'empêcher des groupes terroristes d'avancer dans le territoire syrien, des avions Su-24 des forces aérospatiales russes ont mené des frappes à la demande du commandement syrien contre les formations armées de terroristes qui étaient rentrés dans la zone [d'Idleb].» Et d'étayer le bilan : «Un char, six véhicules blindés et cinq pick-ups portant des armes de gros calibre ont été détruits.»

Côté turc, le ministère de la Défense a lui déclaré dans un communiqué : «Deux de nos frères d'armes sont tombés en martyrs et cinq ont été blessés dans une frappe aérienne dans la région d'Idleb.» Si le ministère n'a pas précisé qui était à l'origine de cette frappe, le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, a accusé l'armée syrienne sur Twitter, ajoutant : «Le sang de nos martyrs ne restera pas sans vengeance.»

La veille, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait déclaré qu'une intervention militaire turque dans la région d'Idleb n'était plus qu'«une question de temps», annonçant que les discussions entre la Russie et la Turquie n'avaient débouché sur aucun accord. «Les discussions vont se poursuivre mais il est vrai que nous sommes loin d'obtenir satisfaction sur nos exigences», avait-il ajouté. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait quant à lui déclaré qu'une telle offensive serait le pire scénario et que la Russie et la Turquie restaient en contact pour éviter une aggravation des tensions dans la région d'Idlib.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»