Mort d’un soldat français au Burkina Faso

Mort d’un soldat français au Burkina Faso© MICHELE CATTANI Source: AFP
Un soldat de l'armée française surveille une zone rurale lors de l'opération Bourgou IV dans le nord du Burkina Faso, le long de la frontière avec le Mali et le Niger, le 10 novembre 2019 (image d'illustration).

Ce 17 février, le ministère des Armées a annoncé que le soldat Morgan Henry avait perdu la vie au Burkina Faso sans donner plus de détails. Une enquête est en cours pour faire la lumière sur les circonstances entourant ce décès.

Dans un communiqué publié ce 17 février, le ministère des Armées a annoncé la mort, la veille, de Morgan Henry, mobilisé au Burkina Faso. «Le chef d'état-major des armées a appris avec tristesse la mort dans le cadre de l'opération Barkhane, au Burkina Faso, le 16 février 2020, du sergent-chef Morgan Henry, du 54e régiment de transmissions de Haguenau», a déclaré le ministère dans un communiqué.

«Il a été découvert mort au sein de son campement. Les causes du décès ne sont pas connues, et une enquête de gendarmerie, menée par la prévôté, a été diligentée pour établir les circonstances de sa mort», a-t-il ajouté.

Depuis 2014, la France a déployé quelque 4 500 hommes au Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane, qui vise à lutter contre les groupes djihadistes opérant dans la région et au Sahara. Le 2 février, le ministère des Armées avait annoncé la mobilisation de 600 soldats supplémentaire.  

Mais en dépit du succès de l'intervention militaire française de 2013, qui a permis la reconquête du nord du Mali occupé par les djihadistes, des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères régulièrement visées par des attaques. Les violences se sont progressivement propagées du nord vers le centre et le sud du Mali, puis plus récemment au Niger ainsi qu'au Burkina Faso, où la situation est jugée la plus inquiétante. Dans ce pays, une vingtaine de civils ont été tués dans la nuit du 1er au 2 février dans une attaque djihadiste à Lamdamol, un village du nord du Burkina Faso.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»