A Munich, Lavrov plaide pour la coopération afin de conjurer le «fantôme de la menace russe»

A Munich, Lavrov plaide pour la coopération afin de conjurer le «fantôme de la menace russe»© Andreas Gebert Source: Reuters
Sergueï Lavrov à la 56e conférence de Munich sur la sécurité, le 15 février 2020.

S'exprimant lors de la conférence de Munich sur la sécurité, Sergueï Lavrov a réagi aux intentions que l'Occident pouvait prêter à la Russie, suggérant notamment aux pays européens de renoncer à cultiver le «fantôme de la "menace russe"».

S'exprimant le 15 février lors de la 56e conférence de Munich sur la sécurité, le ministre russe des Affaires étrangères a évoqué les conséquences imprévisibles que pouvaient avoir selon lui l'expansion de l'OTAN vers l'est et ses exercices militaires d'ampleur près des frontières de la Russie.

Constatant «une crise de confiance [...] particulièrement grave dans les affaires européennes», le chef de la diplomatie russe a notamment estimé qu'il était temps pour les pays d'Europe d'envisager la mise en place de relations moins conflictuelles avec la Russie. «Il est temps, avant qu'il ne soit pas trop tard, de renoncer à cultiver le fantôme de la "menace russe", et toute autre menace, et de se souvenir de ce qui nous unit», a-t-il déclaré, mettant en garde contre le développement d'«une structure d'opposition typique de la guerre froide».

De façon générale, Sergueï Lavrov a plaidé pour une coopération internationale accrue sur plusieurs dossiers, abordant notamment la lutte contre le terrorisme international, l'immigration illégale ou encore la traite des êtres humains.

Sur la question de la situation au Moyen-Orient, il a ainsi déclaré : «La communauté internationale devrait créer des conditions confortables pour les peuples de différents pays afin de résoudre les problèmes par le biais d'un dialogue national inclusif sans ingérence extérieure.» Et le ministre russe de qualifier d'«inacceptable» la volonté de «transformer le territoire de ces pays en théâtre de compétition géopolitique ; de même, d'utiliser les terroristes pour atteindre des objectifs géopolitiques lucratifs».

La 56e Conférence de Munich sur la sécurité, souvent décrite comme «le Davos de la défense», réunit du 14 au 16 février quelque 800 délégués, dont près de 150 chefs d'État et de gouvernement. Parmi les thématiques au cœur de l'événement, le concept de Westlessness, qui correspond à «un sentiment généralisé de malaise et d'agitation face à l'incertitude croissante quant à l'objectif d'un Occident durable».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»