Offensive à Idleb : Moscou fustige l'inquiétude «hypocrite» de Washington concernant les civils

Offensive à Idleb : Moscou fustige l'inquiétude «hypocrite» de Washington concernant les civils© Omar Sanadiki Source: Reuters
Un soldat de l'armée gouvernementale syrienne se tient, un drapeau syrien à la main, sur un véhicule militaire à Khan Cheikhoun, le 24 août 2019 (image d'illustration).

Moscou a expliqué ne pas être surpris par l'«hypocrisie» du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, qui a fait part de sa «grande inquiétude» concernant ce qu'il a qualifié d'«offensive à grande échelle contre les civils d'Idleb».

Le ministère russe de la Défense a vivement réagi le 29 janvier aux propos du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, qui avait critiqué deux jours plus tôt l'intervention de Moscou et de Damas dans la province d'Idleb, estimant qu'il s'agissait d'une «offensive à grande échelle contre les civils».

Des propos qui trahissent l'«hypocrisie» de Washington et ne surprennent pas Moscou, selon le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov. Selon lui, les Etats-Unis n'ont en effet jamais apporté leur soutien public à la lutte contre le terrorisme international en Syrie, et Washington ne «prêche et ne fait entendre sa voix concernant les souffrances des civils que lorsque les terroristes subissent une défaite écrasante, et que les citoyens syriens sont enfin libérés».

«Le département d'Etat est la racine du problème principal qui empêche les Syriens de revenir à une vie paisible. Il ne recule devant rien pour imposer les sanctions les plus sévères qui bloquent toute aide alimentaire, médicale, matérielle ou financière en faveur des véritables Syriens pacifiques se trouvant dans les territoires repris aux terroristes», a encore déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, cité par l'agence de presse Tass.

Igor Konachenkov a en outre accusé le département d'Etat américain de soutenir tacitement l'offensive menée depuis la zone de désescalade d'Idleb par des groupes dotés d'artillerie et de véhicules blindés, affiliés à la branche syrienne d'Al-Qaïda, Hayat Tahrir al-Cham. Il a également souligné que le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, pour une raison inconnue, avait qualifié les militants ayant organisé cette attaque de «civils innocents pacifiques».

L’armée syrienne a annoncé le 29 janvier avoir repris la ville de Ma’arrat al-Numan, située dans la province d’Idleb, entre Alep et la capitale Damas, et jusqu’alors contrôlée par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, anciennement Front al-Nosra). Selon un communiqué du commandement général de l’armée syrienne cité par l’agence syrienne Sana, une vingtaine de «villages et localités» ont été également libérés après plusieurs jours de combats.

Lire aussi : Une journaliste de RT grièvement blessée en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»