Liban : violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, des centaines de blessés

Liban : violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, des centaines de blessés© ANWAR AMRO Source: AFP
Vidéo
Des manifestants tentent de passer derrière une barrière de sécurité à Beyrouth, le 18 janvier.

Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont éclaté à Beyrouth, faisant près de 400 blessés. Ces heurts sont parmi les plus violents depuis le début du mouvement populaire contre la classe politique, accusée de corruption.

Alors que le mouvement de contestation populaire, inédit, est entré dans son quatrième mois au Liban, ce 18 janvier a vu manifestants et forces de l'ordre s'opposer dans de violents affrontements à Beyrouth.

Devant l'une des principales entrées du Parlement, au cœur de la capitale, des contestataires s'en sont pris aux membres de la police antiémeute, stationnés derrière des barricades et des barbelés. Les manifestants ont lancé divers projectiles contre les forces de l'ordre, comme des pierres, des poteaux de signalisation ou encore des branches d'arbres, certains ayant essayé de franchir les barbelés.

La police a de son côté fait un usage massif de gaz lacrymogènes et recouru aux canons à eau pour disperser la foule.

Initialement, une manifestation était prévue aux abords du Parlement, où devaient converger plusieurs marches parties de différents endroits de la capitale, mais la situation a dégénéré avant tout regroupement.

Selon la Croix-Rouge libanaise et la défense civile, au moins 377 personnes ont été blessées durant les affrontements.

Retranchés dans les rues aux alentours du Parlement, les manifestants ont lancé des pierres et des feux d'artifices sur les forces de l'ordre.

Le mouvement de contestation – qui a entraîné la démission fin octobre du Premier ministre Saad Hariri – fustige une classe politique accusée de corruption et incompétence, et réclame un gouvernement formé de technocrates et de personnalités indépendantes des partis traditionnels. 

La colère populaire a été exacerbée par une dégradation rapide ces dernières semaines de la situation socio-économique et des restrictions draconiennes imposées aux retraits par les banques, accusées de complicité avec le pouvoir. 

Lire aussi : Liban : des manifestants dans les rues exigent la formation d'un gouvernement

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»