Gambie : des milliers de manifestants réclament le retour de l’ex-président resté 22 ans au pouvoir

Gambie : des milliers de manifestants réclament le retour de l’ex-président resté 22 ans au pouvoir© ROMAIN CHANSON Source: AFP
Un homme participe au rassemblement national annuel de l'Alliance pour la réorientation patriotique et la construction (APRC), l'ancien parti politique du président gambien, à Abuko, le 23 novembre 2019 (image d'illustration).

Banjul a été le théâtre ce 16 janvier d'une manifestation exigeant le retour de l'ancien président gambien Yahya Jammeh. Exilé en Guinée équatoriale depuis 2017, celui-ci a exprimé plus tôt son désir de retourner dans son pays.

Ce 16 janvier, des milliers de manifestants ont battu le pavé de la capitale gambienne, Banjul, afin de réclamer le retour de l'ancien président gambien Yahya Jammeh. Arrivé à la tête de la Gambie grâce à un coup d'Etat en 1994, l’ancien officier – qui a refusé de reconnaître la victoire d'Adama Barrow à la présidentielle de décembre 2016 – a cédé le pouvoir en janvier 2017 après d’intenses pressions exercées notamment par la Communauté économiques des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Nous voulons que l'ancien président revienne et reprenne les rênes du pays à Adama Barrow

Répondant à l’appel de l'Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (APRC), formation politique dont est issu l’ancien dirigeant gambien, les manifestants ont convergé vers le siège de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples afin d’y déposer une pétition destinée à l'Union africaine. «Les temps sont durs sous l'actuel gouvernement, c'est pourquoi nous voulons que l'ancien président revienne et reprenne les rênes du pays à Adama Barrow», a expliqué Maïmuna Jaju, une commerçante citée par l’AFP.

Depuis la Guinée équatoriale où il s’est exilé, Yahya Jammeh a soutenu l’organisation de cette manifestation dans un enregistrement audio diffusé sur les réseaux sociaux le 13 janvier. Il a par ailleurs appelé le gouvernement actuel à respecter l’engagement pris par l'Union africaine, la Cedeao et les Nations unies lui permettant de retourner dans son pays. 

Au cours de ces dernières semaines, partisans et opposants du président actuel se succèdent dans les rues de Banjul. Le 12 janvier, des milliers de Gambiens ont défilé en faveur du maintien au pouvoir pour cinq ans du président Barrow, malgré son engagement initial à ne servir que trois ans. Plus tôt, le 17 décembre, des manifestants ont en revanche exigé de lui qu’il respecte sa promesse de ne pas prolonger son mandat.

Lire aussi : Les ex-présidents ivoirien, malien et sénégalais signeront-ils leur retour en politique en 2020 ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»