Mali : une attaque à la roquette contre un camp militaire fait 20 blessés, dont 18 casques bleus

Mali : une attaque à la roquette contre un camp militaire fait 20 blessés, dont 18 casques bleus© Souleymane Ag Anara Source: AFP
Des soldats sénégalais de la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali MINUSMA patrouillent dans les rues de Gao, le 24 juillet 2019 (image d'illustration).

Dans la matinée du 9 janvier, une attaque à la roquette contre un camp militaire de Tessalit, au nord du Mali, a fait 20 blessés : 18 casques bleus et deux civils d'origine malienne.

Le camp militaire de Tessalit (nord du Mali) abritant la mission de l'ONU au Mali (Minusma), des forces françaises de l'opération Barkhane ainsi que des militaires et civils maliens, a été la cible d’une attaque à la roquette dans la matinée du 9 janvier. Dans une déclaration à Reuters, le porte-parole de la Minusma, Olivier Salgado, a fait état de 20 personnes blessées, dont 18 casques bleus. Parmi eux, six sont grièvement blessés.

Les deux civils maliens blessés lors de cette attaque étaient dans la partie française du camp, selon un document interne de l’ONU cité par l’AFP. Cette même source rapporte par ailleurs que quinze tirs de mortier se sont abattus «dans et autour» du camp, poussant le personnel à se réfugier dans un bunker. Pour l'heure, l'attaque n'a pas été revendiquée. 

Malgré la présence d’un important dispositif militaire français, onusien et africain, le Mali, à l’instar des autres Etats sahéliens, peine à éradiquer la menace terroriste.

Ainsi, le 1er novembre, 52 soldats maliens et un civil ont perdu la vie lors d’une attaque revendiquée par l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) visant le camp d'Indelimane, dans le nord-est du pays. Le lendemain, dans la même région, «le déclenchement d'un engin explosif improvisé» au passage d’un véhicule blindé de l’armée française a tué le brigadier Ronan Pointeau, 24 ans, qui servait au sein du 1er régiment de spahis de Valence, dans la Drôme. Une attaque également revendiquée par l’organisation terroriste EI. Un peu plus de trois semaines plus tard, 13 militaires français de la force Barkhane trouvaient la mort au Mali dans une collision accidentelle entre deux hélicoptères lors d’une opération de combat contre des djihadistes.

Lire aussi : Selon un responsable officiel américain, la situation militaire au Sahel serait «hors de contrôle»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»