Du sursis pour Egor Joukov, étudiant russe poursuivi pour extrémisme

Du sursis pour Egor Joukov, étudiant russe poursuivi pour extrémisme© Vladimir Astapkovich Source: Sputnik
Egor Joukov, accusé d'incitation à l’extrémisme via sa chaîne YouTube, quitte le tribunal de Moscou le 6 décembre 2019.

Egor Joukov, étudiant d’une université russe prestigieuse a été condamné pour extrémisme le 6 décembre à trois ans de prison avec sursis. Devenu figure de la contestation, son affaire a provoqué une forte mobilisation en Russie.

Un tribunal de Moscou a condamné le 6 décembre l’étudiant russe Egor Joukov à trois ans de prison avec sursis. Il était accusé «d’appels à l’extrémisme» sur sa chaîne YouTube. «La culpabilité de l'accusé est confirmée», a estimé la juge du tribunal moscovite de Kountsevski, évoquant ses «sentiments de haine et d'animosité à l'égard de l'ordre constitutionnel».

En plus du sursis, le tribunal a interdit à Egor Joukov, âgé de 21 ans, de réaliser pendant deux ans des activités liées à l’administration de sites internet. Son assignation à résidence a également pris fin. En le condamnant à trois ans de prison avec sursis, alors que le parquet réclamait une peine de quatre ans ferme, elle a toutefois rendu une peine moins lourde qu'attendue dans cette affaire très médiatisée en Russie.

En sortant du tribunal, Egor Joukov a déclaré devant une foule qui scandait son nom : «Nous ne devons pas considérer la liberté conditionnelle comme de la liberté. Ce n’est pas une victoire finale, même si je suis très content d’être libre». L'étudiant n’a pas oublié de remercier ses partisans pour leur soutien. «Tout ce qui se passe maintenant, le fait que je sois là, tout cela, c'est grâce à vous. C’est votre victoire !», a-t-il déclaré.

Affaire très médiatisée

Egor Joukov, 21 ans, est étudiant en quatrième année de sciences politiques à l'Ecole des hautes études en sciences économiques de Moscou. Il possède par ailleurs une chaîne sur YouTube qui compte, à ce jour, 151 000 abonnés. 

Le jeune homme a été arrêté à la suite de sa participation à une manifestation non-autorisée à Moscou le 27 juillet, à la veille des élections municipales. Il avait été dans un premier temps poursuivi pour participation à des troubles, une affaire ensuite abandonnée par les enquêteurs. Ceux-ci ont à la place engagé des poursuites pour incitation à l'extrémisme en raison du contenu de certaines de ses vidéos, dans lesquelles l'étudiant appelait notamment à «lutter brutalement contre le système». 

Lire aussi: Accusé d'extrémisme, un étudiant-blogueur russe risque quatre ans de prison

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»