Turnbull chasse Abbott de la tête du Parti libéral et devient le nouveau Premier ministre australien

Turnbull chasse Abbott de la tête du Parti libéral et devient le nouveau Premier ministre australien Source: Reuters
Tony Abbott, le Premier ministre australien
Suivez RT France surTelegram

Malcolm Turnbull, qui a récemment démissionné de son poste de ministre des Communications, a battu Tony Abbott au cours d’un scrutin visant à élire le leader du Parti libéral, ce qui fait de lui le nouveau Premier Ministre d’Australie.

Turnbull, un ancien rival politique de Tony Abbot, a remporté la victoire lors d’un vote secret du parti avec 54 voix contre 44, a annoncé le responsable du scrutin Scott Buchholz.

«Ce soir, on a eu deux votes, un pour désigner le leader et l’autre pour son adjoint», a expliqué Buchholz. Pour ce qui est du scrutin du leader «Malcolm Turnbull a réussi à réunir 54, votes tandis que Tony Abbott 44 dont un non-officel».

La ministre des Affaires étrangères Julie Bishop, qui avait auparavant déclaré son soutien envers Turnbull, a conservé son poste en tant qu’adjointe avec une marge de 70-30 sur son opposant Kevin Andrews.

Plus tôt lundi, Turnbull a demandé au Premier ministre Tony Abbott de se retirer, alors qu’il démissionnait de son poste de ministre des Communications, indiquant qu’il allait tenter de lui ravir le poste de leader du Parti libéral à sa place et par conséquent celui de dirigeant du pays.

«Il y a quelques semaines j’ai rencontré le Premier ministre et lui a indiqué que je comptais briguer la tête du Parti libéral», a souligné Turnbull aux journalistes. «Ce n’est pas une décision qui doit être prise à la légère».

D’après Turnbull, le Premier ministre «n’a pas été capable d'apporter les réponses dans le domaine de l'économie», ni «de fournir la confiance dont le monde de l'entreprise a besoin».

Turnbull doit encore prêter serment en tant que Premier ministre australien. Le pays connaitra alors son cinquième Premier ministre en huit ans.

Plus tôt dans la journée Abbott a démenti les spéculations concernant sa position de leader. «Je ne souhaite pas répondre aux commérages de Canberra, je ne vais pas entrer dans ce jeu», a expliqué Abbott.

En savoir plus : Des Juifs australiens s’en prennent au Premier ministre Abbott pour qui Daesh est pire que les nazis

Quant à Turnbull, il a mené le Parti liberal jusqu’à 2009, l’année où il a été battu lors d’un vote similaire par Tony Abbot.

Abbott a appelé ses supporters à la tenue d’une réunion dans une salle du Parti libéral au sein du Parlement, ont fait savoir les médias australiens.

La coalition du Parti libéral jusque-là menée par Abbott compte un total de 90 des 150 députés dans la Chambre des représentants, dont 58 membres du parti. D’après la constitution, la prochaine élection fédérale de la Chambre des représentants, qui est la principale chambre législative du Parlement, doit se tenir au plus tard le 14 janvier 2017.

Twitter s’active sur la nouvelle, le trolling commence

Après que Malcolm Turnbull a demandé au Premier ministre de démissionner, les publications polémiques ont éclaté sur les réseaux sociaux.

Un des utilisateurs de Twitter a publié l’image d’un chien buvant une tasse de café dans une pièce en feu en disant que «tout va bien», expliquant que celui-ci représentait Tony Abbott dans son bureau.

Cependant, les opinions sur les états d’âme du désormais ex-Premier ministre divergent, The Feed SBS a publié sur sa page une vidéo où on voit une marionnette criant à toute voix.

Une autre image animée concerne ce qui se passe au sein du camp de Tony Abbott, d’après un utilisateur du réseau social qui a diffusé une vidéo de Bob l'éponge avec deux personnages ayant une crise de panique.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix