A Moscou, plusieurs centaines de personnes manifestent contre les violences faites aux femmes

A Moscou, plusieurs centaines de personnes manifestent contre les violences faites aux femmes© Sergey Mamontov Source: Sputnik
Manifestation à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes, à Moscou le 25 novembre.

Alors que les violences domestiques sont dépénalisées en Russie depuis 2017, un projet de loi est en préparation pour protéger les victimes. Une manifestation s'est tenue à Moscou pour dénoncer les violences faites aux femmes.

A Moscou, près de 200 personnes se sont rassemblées, le 25 novembre, afin de manifester contre les violences domestiques. Et ce jour ne doit rien au hasard car c’est celui de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Plus de 200 personnes se sont retrouvées dans le centre-ville malgré un thermomètre affichant -6°C . Les pancartes qu'on a pu voir via des images publiées sur les réseaux sociaux indiquaient divers messages: «La violence n'est pas une affaire de famille», «J'ai peur de vivre dans un pays où la violence est considérée comme une valeur traditionnelle», «Nous ne voulons pas mourir» etc.

Une des manifestantes, une jeune fille prénommée Marta, s’est exprimée devant une caméra : «Selon une statistique non-officielle, chaque mois, en Russie, des dizaines de femmes sont mortes à la suite de violences domestiques. Elles ne savent pas où aller. Elles sont financièrement et psychologiquement dépendantes. Nous estimons que cette loi doit devenir la première marche afin d'exiger plus. Pour que nous [les femmes] exigions des bons salaires, des dispositifs d'accueil dans chaque ville, dans chaque quartier, et qu’ils soient financés par l’Etat. Pour qu’aucune femme ne dépende pas de la volonté du business ou des bienfaiteurs qui, par exemple, donnent de l’argent aujourd’hui, et demain n'en donneront plus. C’est à l’Etat de prendre ce problème.»

Les manifestants ont également exprimé leur soutien en faveur d'un projet de loi visant à protéger les femmes contre les violences conjugales. Le texte, co-écrit par la vice-présidente de la commission de la famille, des femmes et des enfants du parlement russe Oksana Pouchkina, est en cours de rédaction. Ce projet de loi se focalise sur trois axes : premièrement, la définition du terme «violence conjugale» qui n’existe pas dans la législation russe pour l’instant. Ensuite, la déclinaison des différents types de violence : physique, psychologique, émotionnelle, sexuelle et économique. Enfin troisièmement, la prévention avec l’interdiction policière de s’approcher de la victime de violence.

Dépénalisation des violences domestiques

En février 2017, une loi dépénalisant les violences domestiques a été adoptée en Russie. Cette loi avait alors transféré les sévices infligés aux proches de la catégorie «crime» à celle d'«infraction administrative» dans les cas où ces actes étaient commis pour la première fois. 

La dépénalisation des violences conjugales avait suscité une réaction mitigée au sein de la société russe et en Occident. Les féministes dénonçant une violence cautionnée par l'Etat, de nombreux Russes se déclaraient favorables à la réforme en mettant en avant l'intérêt de protéger la cohésion familiale.

D'ailleurs le 23 novembre, une autre manifestation s'est tenue à Moscou, celle-ci protestant contre le projet de loi d'Oksana Pouchkina. S'affirmant contre les violences en général, des militants orthodoxes estiment que la législation existante protège déjà suffisamment les victimes, et que le nouveau texte allait à l'encontre des «valeurs familiales traditionnelles» en Russie. «Cette loi fait de la famille un objet. Des ONG vont pouvoir s'immiscer au sein des familles et les diviser. C'est le début de la destruction de la famille», a déclaré à l'AFP Andreï Kormoukhine, l'organisateur de la manifestation, qui estime qu'un tel texte ne fera pas baisser le nombre d'actes violents.

La Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes (International Day for the Elimination of Violence against Women) est célébrée annuellement le 25 novembre depuis l'an 2000. Elle a été établie par l’Assemblée générale des Nations unies, le 17 décembre 1999. Le but est  d'attirer l'attention du public sur la nécessité de mettre fin à la violence à l'égard des femmes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»