Pour leur fête nationale, les Libanais appellent à une «nouvelle indépendance» (IMAGES)

Pour leur fête nationale, les Libanais appellent à une «nouvelle indépendance» (IMAGES) Source: AFP
Rassemblement lors de la fête nationale libanaise, le 22 novembre 2019

Les Libanais ont célébré ce 22 novembre l'indépendance de leur pays. Alors que le pays fait face à un vent de révolte, les festivités ont pris une tournure particulière, certains participants appelant à une «nouvelle indépendance».

Les Libanais ont célébré ce vendredi 22 novembre 2019 les 76 ans de l'indépendance de leur pays, ancien mandat français. Cette fête nationale avait toutefois cette année une saveur un peu particulière, le pays étant le théâtre de manifestations de grande envergure depuis plus d'un mois. «Quand les Français sont partis, d'autres nous ont occupés», résume ainsi un manifestant cité par l'AFP.

Selon l'agence de presse française, certains participants ont appelé lors de ce rassemblement à une «nouvelle indépendance». Des milliers de personnes munis de drapeaux libanais ont convergé vers la place des Martyrs, site emblématique de Beyrouth et haut lieu de la contestation. Témoignant leur soutien aux manifestants, des médecins ont participé au rassemblement.

76 ans après le départ des Français, les manifestants réclament «une vraie indépendance»

«Le message important aujourd'hui, c'est que le Liban est de nouveau uni», lance une jeune manifestante citée par l'AFP, selon qui «tous les citoyens sont les bienvenus». Une étudiante abonde en ce sens : «C'est la première fois que les Libanais, toutes communautés confondues, manifestent massivement sans l'appel d'aucun parti», affirme-t-elle, «c'est ça la vraie indépendance».

Alors occupé par la France, le Liban arrache son indépendance en 1943 à la faveur de gigantesques manifestations rassemblant chrétiens et musulmans. C'est cet esprit-là que les contestataires disent vouloir retrouver.

Outre la corruption de leur classe dirigeante et le manque de perspectives économiques, les manifestants protestent contre le système de quotas religieux prévalant dans les institutions, l'armée et l'administration. Le Liban est en effet un pays multiconfessionnel (30% de chiites, 30% de sunnites et 30% de chrétiens) à l'équilibre fragile, en témoigne la guerre civile sanglante ayant dévasté le pays entre 1975 et 1990.

Lire aussi : L'Iran annonce la victoire contre un «complot ennemi» après plusieurs jours d’émeutes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»