Allégations de viols en Centrafrique : la rédactrice du rapport accusateur sera auditionnée

Des soldats français à Bangui © Stringer Source: Reuters
Des soldats français à Bangui

L'ONU a autorisé l'audition de son employée qui avait rédigé un rapport sur des accusations de viols d'enfants centrafricains contre des militaires français, selon une source judiciaire. La rédactrice est une française désormais en poste au Chili.

La source a notamment fait savoir que la rédactrice du rapport sur les allégations de viols en Centrafrique verra son immunité juridictionelle levée, sur décision de l'ONU pour être entendue comme témoin dans l'affaire. L'audition devra se dérouler en présence d'un représentant du secrétaire général, Ban Ki-moon, a-t-elle précisé. 

Une source proche du dossier a par ailleurs ajouté que la rédactrice du rapport était «une Française désormais en poste au Chili».

Révélé au printemps par le quotidien britannique The Guardian, son rapport fait état des témoignages de six enfants de 9 à 13 ans, qui dénoncent des abus sexuels qu'auraient commis sur eux des militaires français de l'opération Sangaris, dans le camp de l'aéroport M'Poko à Bangui, entre fin 2013 et mai-juin 2014.

En savoir plus : Accusations de viols en Centrafrique : le chef de la mission de l'ONU renvoyé

Quatorze militaires français ont été mis en cause, dont trois identifiés, par les témoignages de six enfants, qui ont notamment parlé de «fellations». 

Les accusations de viols en Centrafrique se multiplient. Vendredi dernier, la justice française avait ouvert une enquête préliminaire concernant le viol d’une jeune centrafricaine par un soldat français. 

L'opération française Sangaris, qui n'est pas sous commandement de l'ONU, a été déclenchée en 2013, pour stabiliser la situation en Centrafrique alors en proie au chaos, et tenter d'enrayer les tueries entre communautés chrétienne et musulmane. Au plus fort de sa présence elle a compté 2 000 hommes, des effectifs désormais réduits de plus de moitié.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales