Hong Kong : nouvelle mobilisation antigouvernementale malgré l'interdiction de manifester

- Avec AFP

Alors que deux militants opposés à la politique menée par le gouvernement de Hong Kong – qu'ils jugent pro-Pékin – ont été violemment agressés, des milliers de manifestants se sont une nouvelle fois mobilisés dans l'ancienne colonie britannique.

Des milliers de Hongkongais ont bravé ce 20 octobre l'interdiction de manifester pour descendre dans les rues, animés par la colère après les violentes agressions dont ont été victimes cette semaine deux militants antigouvernementaux.

Les autorités avaient interdit le rassemblement organisé à Tsim Sha Tsui, un quartier très densément peuplé, connu pour ses boutiques de luxe et ses hôtels. Elles avaient invoqué des raisons de sécurité, après les violents affrontements entre les forces de l'ordre et la frange la plus radicale des manifestants. 

Mais à la mi-journée, des milliers de personnes se sont jointes à ce rassemblement interdit entendant, pour le vingtième weekend consécutif de manifestations, continuer à faire pression sur le gouvernement local acquis à Pékin.

L'ex-colonie britannique vit depuis juin sa pire crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997, avec des manifestations et actions quasi quotidiennes pour dénoncer un recul des libertés, mais aussi les ingérences jugées grandissantes de Pékin dans les affaires de sa région semi-autonome.

Deux militants opposés à Pékin violemment agressés

Depuis l'interdiction par les autorités début octobre du port du masque lors des manifestations, Hong Kong connaît une flambée de violence, avec de nombreux actes de vandalisme ciblant des sociétés accusées de soutenir le gouvernement pro-Pékin.

Le 16 octobre, Jimmy Sham – une des figures du mouvement – avait été hospitalisé après avoir été violemment agressé à coups de marteau par des inconnus. Il est le principal porte-parole du Front civil des droits de l'homme (FCDH), une organisation qui prône la non-violence et a été à l'origine des plus grandes manifestations pacifiques de ces derniers mois.

Le 19 octobre, un homme de 19 ans qui distribuait des tracts appelant à manifester a lui été grièvement blessé par un assaillant qui l'a poignardé au cou et à l'abdomen. Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montraient également l'assaillant tenant un couteau après l'attaque et criant «Hong Kong fait partie de la Chine» et «Vous avez semé la pagaille à Hong Kong».

Lire aussi : Hong Kong : l'ambassade de Chine à Paris exprime son «mépris» face à la position de l'UE

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»