Migrants poussés à fuir : «Peu importe le pays où nous finirons, du moment qu’on y soit en sécurité»

Des migrants arrivés à Champagne-sur-Seine Source: Reuters
Des migrants arrivés à Champagne-sur-Seine

Tandis que l’Europe essaie de contrôler l’afflux quotidien des migrants, venus du Moyen-Orient, des demandeurs d’asile irakiens arrivés en Allemagne ont fait part à RT des raisons qui les ont poussé à effectuer ce grand voyage.

«J’ai décidé de partir parce que ma maison a été détruite. Nous avons très peur de l’Etat islamique et on ne se sent plus en sécurité en Irak», a confié une demandeuse d’asile irakienne dans une interview à RT. Cependant, la jeune femme a souligné que peu importait le pays où elle allait vivre, tant qu’il y règne la sécurité.

Un réfugié irakien, a aussi indiqué que la raison principale était la menace de Daesh et la guerre qui fait rage. «En Europe, les gens sont en sécurité, et ils ne sont pas divisés par la religion», a-t-il noté.

Il y a aussi ceux qui viennent en Europe d’après les conseils de proches. «J’ai des amis en Belgique, ils m’ont dit que tout allait bien se passer. Ils m’ont conseillé de ne plus rester à Bagdad et d’aller en Europe», a fait savoir un des migrants interrogés.

Des migrants sûrs de trouver une vie meilleure en Europe

L’Allemagne et la France se partagent les migrants

Cependant, selon les statistiques, l’Allemagne reste toujours la destination le plus courue par les migrants et les réfugiés qui arrivent en Europe. Au cours des derniers jours, des centaines d’entre eux ont débarqué à Munich, des syriens pour la plupart, reçus avec un accueil chaleureux.

Une foule d’Allemands s’est réunie dans la gare de Munich pour saluer les nouveaux arrivants en applaudissant et en brandissant des pancartes où il était écrit «Bienvenus», leur offrant également vêtements et nourriture.

Entretemps, la France, qui veut soulager son voisin, a reçu un premier contingent de réfugiés, 200 personnes depuis d'Allemagne sont arrivées plus tôt dans la journée. 93 de ces migrants seront pris en charge par la Croix-Rouge à Champagne-sur-Seine.

«Les 9, 10 et 11 septembre, 1 000 personnes venues d'Allemagne et ayant obtenu le statut de réfugié en France arriveront sur notre territoire», a fait savoir la Croix-Rouge française dans un communiqué.

Au total, la France va accueillir 24 000 réfugiés au cours des deux années à venir, comme l’a déclaré le président de la République lors de sa conférence de presse lundi.

La Commission européenne propose des quotas

Plus tôt dans la journée, Jean-Claude Juncker, le chef de la Commission européenne a appelé l’Europe à recourir à un système de quotas dès la semaine prochaine pour répartir les 160 000 réfugiés qui sont arrivés en Grèce, en Italie et en Hongrie. 

«Nous proposons un mécanisme permanent de répartition [des réfugiés] pour faire face aux crises futures», a déclaré le président à l'occasion de son discours sur l'état de l'Union devant le Parlement européen.

La déclaration intervient après l’annonce de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), selon laquelle le nombre de réfugiés traversant la Méditerranée pour trouver asile en Europe pourrait s’élever à 400 000 cette année, tandis qu’on s’attend à l’arrivée de 450 000 en 2016. L’agence a également précisé que 360 000 migrants ont déjà effectué le trajet pendant l’année en cours.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales