Après 18 mois de prison aux Etats-Unis, la Russe Maria Boutina sera expulsée vers la Russie

Après 18 mois de prison aux Etats-Unis, la Russe Maria Boutina sera expulsée vers la Russie Source: Reuters
Maria Boutina

Arrêtée en juillet et accusée par la justice américaine d'être une «agente» d'un gouvernement étranger, Maria Boutina, citoyenne russe, sera expulsée vers la Russie, le 25 octobre, après avoir passé 18 mois de prison aux États-Unis.

Accusée d'être une agente russe chargée d'infiltrer la frange conservatrice de l'appareil politique américain, à travers ses liens avec le lobby pro-armes, la National Rifle Association (NRA), la citoyenne russe Maria Boutina devrait être libérée avant la date annoncée, a déclaré son père à RT.

Le 26 avril 2019, la Russe âgée de 30 ans, était condamnée à 18 mois de prison par un tribunal de Washington.

Selon le père de Maria Boutina, sa fille lui aurait parlé d'un document qui stipulerait sa libération pour la fin octobre. «Maria a dit qu’elle avait lu un document dans lequel il était ordonné de la libérer en la transférant aux services de l’immigration le 25 octobre à 8 heures», a-t-il précisé.

Selon la base de données du Bureau fédéral des prisons des États-Unis, la date de la fin de sa peine était initialement prévue pour le 5 novembre, comme l’écrit l’agence russe RIA Novosti. Pourtant, son père affirme que Maria sera bel et bien expulsée le 25 octobre.

Qui est Maria Boutina ?

Maria Boutina est arrivée aux États-Unis avec un visa d'étudiant. Elle a fait ses études à l'American University de Washington de l'été 2016 au printemps 2018 et a obtenu, en mai de la même année, une maîtrise en sciences humaines dans le domaine des relations internationales.

Avant de déménager aux États-Unis, elle avait travaillé dans divers domaines en Russie : dans le marketing et la politique. De 2011 à mars 2018, elle fut présidente du conseil d'administration de l’organisme public interrégional, Droit à l’arme.

Les raisons de la détention de Maria Boutina

Âgée de 30 ans, Maria Boutina a été arrêtée à Washington, le 15 juillet, la veille de la rencontre à Helsinki entre Donald Trump et Vladimir Poutine. Militante pour le droit du port d' arme, la jeune femme est alors accusée de «complot» et de tentative d'influencer secrètement des organisations américaines au profit de Moscou, «en tant qu'agente d'un responsable d'un gouvernement étranger». Les enquêteurs lui reprochaient, en outre, de s'être livrée à ces activités sans avoir été enregistrée comme agente étrangère auprès du département américain de la Justice, comme l'exige une loi de 1938, la Foreign Agent Registration Act (FARA). Cette loi visait jadis la propagande nazie et a été réactivée dans le cadre de la campagne antirusse lancée après la victoire de Donald Trump en novembre 2016.

Le 13 décembre 2018 Maria Boutina a plaidé coupable et fut condamnée à 18 mois de prison. Si elle n'avait pas opté pour le plaider coupable, elle aurait été condamnée à beaucoup plus.

Réaction de la Russie

L’affaire Boutina a provoqué un tollé en Russie. Moscou a qualifié les accusations contre Boutina d’«infondées». Vladimir Poutine a fermement critiqué la condamnation de Maria Boutina, affirmant qu'elle n'avait commis aucun crime et que Washington tentait simplement de «sauver la face». La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait alors qualifié Boutina de «victime d'un véritable arbitraire» et d'«otage des autorités américaines».

Le 2 septembre, l’ambassade russe aux États-Unis avait signalé sur sa page Facebook que Maria Boutina ne s'était pas plainte de sa santé et de ses conditions de détention. Pourtant, au mois de juillet, le père de Boutina certifiait au quotidien russe Izvestia que pendant sa détention, elle avait perdu 20 kilogrammes et qu'elle pesait 40 kilogrammes pour une taille de 1,70 mètres.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»