Londres admet que c’est un sous-marin britannique, et non russe, qui a endommagé son chalutier

Londres admet que c’est un sous-marin britannique, et non russe, qui a endommagé son chalutier Source: Reuters
Un sous-marin britannique
Suivez RT France surTelegram

Le ministère britannique de la Défense admet que c’est un de ses propres sous-marins qui a endommagé un chalutier britannique en avril de cette année, et pas un submersible russe, mettant un terme aux spéculations des médias britanniques.

«La Royal Navy a maintenant confirmé qu’il s’agit d’un sous-marin britannique qui a accroché les filets du KAREN [le chalutier]», a déclaré dans un communiqué Penny Mordaunt, la ministre d'Etat aux forces armées du Royaume-Uni.

Le chalutier KAREN a subi de sérieux dommages à ses filets et à son équipement de bord en mer d’Irlande après avoir été violemment frappé par un vaisseau non-identifié.

Selon Mordaunt, si le sous-marin britannique était au courant de l’incident au moment des faits «ce qui n’était pas le cas», alors le protocole «aurait exigé au sous-marin d’émerger et rester sur la scène de l’incident le temps de l’enquête».

Avant cette déclaration officielle, les médias britanniques s’en étaient allés dans des spéculations farfelues sur l’identité du submersible coupable. Un grand nombre de médias étaient alors certains d’avoir affaire à «un sous-marin russe».

«Il y a une activité russe. Des exercices alliés étaient en cours, et les Russes auraient pu s’y intéresser. La question dorénanvant est quel type de sous-marin était-ce ?» a indiqué Dick James, chef de l’Organisation des producteurs de poisson d’Irlande du Nord, au Telegraph en avril.

Il a ensuite été cité dans l’article «un chalutier à quelques secondes de la tragédie après être frappé par un sous-marin russe capturé dans ses filets» de the Mirror.

Londres admet que c’est un sous-marin britannique, et non russe, qui a endommagé son chalutier
Capture d'écran du site de the Mirror

«Cet incident accroît la possibilité de sous-marins russes patrouillant dans la zone», a fait savoir le conseiller local Dermot Curran à Down News.

Des sous-marins russes ont été repérés à plusieurs reprises dans les eaux voisines des pays européens. En janvier, le ministère britannique de la Défense a été forcé de demander aux militaires américains de les aider à rechercher un mystérieux sous-marin russe près des côtes d’Ecosse.

En mai 2015, les forces armées de la Lettonie ont avoué avoir détecté deux «navires de guerre russes et un sous-marin» près de leurs frontières maritimes. En mars, elles ont également déclaré avoir détecté deux sous-marins russes, un vaisseau de reconnaissance et un contre-torpilleur près de la côte lettone.

La recherche de sous-marins russes la plus vaste a été effectuée fin octobre 2014 par la Suède près de Stockholm. La marine suédoise aurait déployé plus de 200 militaires, des hélicoptères, des bateaux furtifs et des dragueurs de mines pour sonder les eaux de la mer Baltique.

Et le sous-marin a finalement été retrouvé ! Mais ce n’était pas à quoi les autorités suédoises s’attendaient. Le sous-marin était russe mais datait des années 1900. Le navire avait coulé entre les deux Guerres mondiales, selon les experts. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix