Liban : le Hezbollah détruit un char israélien, Israël bombarde un village

Liban : le Hezbollah détruit un char israélien, Israël bombarde un village© JALAA MAREY Source: AFP
Un canon d'artillerie israélien est stationné près de la frontière libanaise à la périphérie de la ville de Kiryat Shemona, dans le nord d'Israël, le 1er septembre 2019.

Le Hezbollah, qui avait promis de répondre à une attaque contre ses infrastructures le 25 août, a annoncé avoir détruit un char israélien à la frontière. Tsahal a, dans la foulée, mené des bombardements dans le sud du Liban.

La chaîne télévisée du Hezbollah, Al-Manar, a rapporté ce 1er septembre que l'organisation chiite avait détruit un char de l'armée israélienne dans le secteur d'Avivim, dans le nord d'Israël, rapportant «des morts et des blessés». Le véhicule militaire de Tsahal touché par les missiles antichars se dirigeait vers «la caserne d'Avivim», selon la même source. Le 2 septembre, le Hezbollah a dévoilé une vidéo de la scène.

Dans la foulée, l'armée israélienne a annoncé mener des frappes dans le sud du Liban. «Des missiles antichars ont été tirés depuis le Liban vers une base et des véhicules militaires. Des cibles ont été touchées. [L'armée] riposte avec des tirs vers la sources de ces frappes et cible le sud du Liban», a déclaré l'armée israélienne dans un communiqué. Par ailleurs, elle a annoncé que les échanges de tirs n'avaient pas engendré de victime dans ses rangs. Al-Manar a diffusé en direct des images montrant de lourds bombardements sur le village libanais de Maroun al-Ras. D'après l'armée libanaise, Tsahal a tiré plus de 40 roquettes sur le sud Liban. 

Saad Hariri demande l'intervention de Paris et Washington 

Face à cette nouvelle escalade, le Premier ministre libanais Saad Hariri a demandé l'«intervention» de Paris et Washington. Un communiqué précise que Saad Hariri s'est entretenu par téléphone avec le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo et avec un conseiller du président français Emmanuel Macron. De son côté, la Force intérimaire de l'ONU a appelé à «la plus grande retenue».

Ces affrontements sporadiques interviennent sur fond de tensions croissantes entre Israël et le Hezbollah, qui avait accusé le 25 août l'Etat hébreu d'avoir mené des frappes de drones dans son fief de la banlieue sud de Beyrouth. Le leader du mouvement, Hassan Nasrallah, avait alors promis des représailles.

Cet incident était intervenu quelques heures après de nouvelles frappes israéliennes en Syrie voisine, à Aqraba, au sud-est de Damas. Selon Tsahal, cette opération militaire visait à empêcher une tentative iranienne de mener une attaque à son encontre au moyen de drones chargés d'explosifs de type «kamikazes».

Lire aussi : Attaque contre le Hezbollah : Nasrallah promet une réponse imminente à Israël

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»