Avions de chasse : vexée par la décision américaine, la Turquie pourrait se tourner vers la Russie

Avions de chasse : vexée par la décision américaine, la Turquie pourrait se tourner vers la Russie© MURAT CETINMUHURDAR/PRESIDENTIAL Source: Reuters
Recep Erdogan à Ankara le 30 août 2019.

Recep Tayyip Erdogan a laissé entendre que la Turquie pourrait se tourner vers la Russie après la décision des Etats-Unis prise en juillet d'exclure la Turquie du programme de développement de l'avion américain F-35.

Ce 30 août, le président turc Recep Tayyip Erdogan a récidivé sur sa menace de privilégier l'achat d'avions de chasse russes si les Etats-Unis maintenaient leur décision, datée de juillet, d'exclure la Turquie du programme de développement des F-35.

«Si les Etats-Unis s'obstinent dans leur attitude concernant les F-35, nous nous occuperons de nous-mêmes. S'agira-t-il des Su-35 ?, des F-35 ? ou des Su-57 ?», a ainsi lancé le chef d'Etat turc devant la presse à Ankara, en faisant référence aux avions de combat russes Sukhoï.

Il a précisé que le gouvernement turc n'en était qu'au premier stade d'étude de ces différentes options. Il a souligné qu'une production conjointe et les plans de financement étaient les critères qui détermineraient son choix. «Au-delà de l'examen [du choix entre] les Su-35, F-35 ou Su-57, nous étudions les mesures que nous pouvons prendre pour notre industrie de défense, notre défense», a ajouté Recep Erdogan.

En marge du salon aéronautique MAKS, à Joukovsky, dans la banlieue sud-est de Moscou, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait déjà exprimé le 27 août – sur le ton de l'humour – son intérêt pour l'achat du Su-57, le chasseur russe dernier cri de cinquième génération. Le président turc avait ainsi demandé à Vladimir Poutine si le Su-57 avait déjà commencé à effectuer des vols. «Est-ce un Su-57 ? [...] Et est-ce qu'il vole déjà ? », a-t-il interrogé. «[Il] vole», a confirmé Vladimir Poutine. «Et on peut l'acheter ?», a demandé Recep Tayyip Erdogan. «[Vous] pouvez [l’]acheter», a alors déclaré le chef d'Etat russe avec un sourire, après quoi les deux présidents ont commencé à rire ensemble.

Sur le chemin du retour à Ankara, des journalistes avait demandé au chef d'Etat turc, selon RT, si la Turquie s'intéressait aux avions russes. «Pourquoi pas ? Nous ne sommes pas venus ici pour rien», avait-il répondu.

Ankara avait qualifié d'«injuste» la décision américaine d'exclure la Turquie du programme des F-35, après le choix de cette dernière de se porter acquéreur de batteries anti-missiles russes S-400. Si la Turquie a commandé plus d'une centaine de F-35, les responsables américains considèrent que cela est incompatible avec les S-400 russes, susceptibles, avec les capacités du renseignement russe, de mettre en danger la protection de données technologiques américaines de pointe.

Lire aussi : Pause glace pour un dégel diplomatique ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»