Gibraltar autorise un pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage

Gibraltar autorise un pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage© Jon Nazca Source: Reuters
Le pétrolier iranien Grace 1 ancré après sa saisie en juillet par des Royal Marines britanniques au large de Gibraltar, sud de l'Espagne, le 14 août 2019.

Gibraltar a autorisé un pétrolier iranien, qu'il retenait depuis un mois, à partir. Et ce, alors que Washington avait demandé aux autorités de Gibraltar de prolonger l'immobilisation de ce navire, qu'il accuse de transporter du pétrole vers la Syrie.

La Cour suprême de Gibraltar a autorisé le 15 août le pétrolier iranien arraisonné début juillet à quitter le territoire britannique, malgré la demande américaine de prolonger l'immobilisation du navire, soupçonné de vouloir livrer sa cargaison à la Syrie.

L'Iran a garanti par écrit que la cargaison du Grace 1 n'était pas destinée à la Syrie, frappée par un embargo de l'Union européenne, et Gibraltar a donc demandé à la Cour de lever l'immobilisation. Le président de la Cour, le juge Anthony Dudley, a en revanche déclaré qu'il n'avait pas été saisi par écrit d'une demande américaine de prolonger l'immobilisation du pétrolier, annoncée dans la matinée par le ministère public de Gibraltar.

Selon cette annonce, les Etats-Unis avaient demandé, invoquant l'entraide judiciaire, aux autorités de Gibraltar de saisir le pétrolier iranien qu'elles retenaient depuis un mois, alors que ces celles-ci s'apprêtaient à le laisser partir.

Avant l'annonce américaine, le pétrolier iranienGrace 1 devait être autorisé à quitter Gibraltar. C'est ce qu'avait rapporté le journal britannique The Sun, le 14 août, citant des sources proches du chef du gouvernement de Gibraltar, Fabian Picardo. Selon cette source, Fabian Picardo ne devait pas demander le renouvellement du mandat d'arrêt contre le Grace 1 car il était désormais satisfait du fait que le pétrolier ne se dirigeait plus vers la Syrie, comme on le soupçonnait de le faire initialement.

Lire aussi : A Caracas, Javad Zarif dénonce l'«unilatéralisme» et le «terrorisme économique» des Etats-Unis

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»