Tadjikistan : 33 militaires tués lors des deux attaques armées

Capture d'écran de Google Maps
Capture d'écran de Google Maps

Deux attaques armées ont eu lieu dans les villes de Douchanbé et de Vahdat, au Tadjikistan. 33 soldats sont morts, neuf membres d’un groupe criminel ont été arrêtés et sept autres ont été arrêtés, a fait savoir le ministère tadjik de l’Intérieur.

Selon le ministère tadjik de l’Intérieur, l’ancien ministre adjoint de la Défense Abdouhalim Nasarsoda, démis aujourd’hui même de ses fonctions par le président Emomalii Rahmon, serait le cerveau de ces attaques.

L’ex ministre adjoint de la Défense et 135 militaires, qui constituent un important groupe criminel, ont réussi à se cacher dans un ravin à 45 kilomètres de Douchanbé, rapporte encore le ministère de l’Intérieur qui précise que les forces de l’ordre mènent actuellement une opération de recherche et d’élimination de ce groupe criminel.

Il signale en outre que l’ancien ministre adjoint «est un membre du parti de la renaissance islamique du Tadjikistan (PRIT), un ancien combattant de l’Opposition tadjike unie qui a rejoint les rangs des forces armées tadjikes en 1997, après la signature de l’accord de paix».

Les rues de Douchanbé qui mènent aux bâtiments administratifs ont été bloquées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales