71 frappes aériennes de la coalition contre Daesh dirigée par les USA auraient fait des morts civils

Une frappe aérienne contre Daesh en Irak© Thaier Al-Sudani Source: Reuters
Une frappe aérienne contre Daesh en Irak

La coalition emmenée par les Etats-Unis contre Daesh en Irak et en Syrie, qui a été décrite comme «la plus précise» n’ayant jamais existé, est accusée d’avoir fait des victimes civiles lors de 71 raids aériens différents.

Un porte-parole du Commandement central américain, a rejeté la plupart de ces accusations. Il a confié au journal britannique The Guardian que dix incidents faisaient actuellement l’objet d’enquêtes formelles plus complètes. Cinq enquêtes sont d’ores et déjà terminées mais seule une d’entre elles a été publiée.

La coalition reconnaît qu’une frappe aérienne de novembre 2014 en Syrie a entraîné la mort de deux enfants. C’est ce qu’a publié le Commandement central américain en mai dernier.

En savoir plus : Frappes françaises et américaines contre Daesh en Syrie : six civils perdent la vie

Les allégations du groupe de suivi indépendant Airwars sont bien différentes. Le mois dernier, l’organisation a fait état d’au moins 459 morts civils. D’autres groupes de suivi, notamment l’Observatoire syrien des droits de l’homme, indiquent également un grand nombre de morts civils dans les frappes aériennes de la coalition.

Airwars s’est même procuré le document du Commandement central américain qui recense le suivi des morts parmi les civils entre septembre 2014 et avril 2015. Selon Washington, il est difficile d’enquêter sur ces accusations, car «les moyens d’enquête traditionnels ne sont pas disponibles». Le chef d’Airwars, Chris Woods, admet cependant que le Commandement central américain décide trop vite de ne pas répondre aux accusations. Plus de 80% des enquêtes ont été bouclées 48 heures seulement après réception de la plainte.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales