Un voleur pris sur le fait demande miséricorde à sa victime, une jeune fille

Capture d'écran d'une vidéo de Top Videos - zap zap
Capture d'écran d'une vidéo de Top Videos - zap zap

Au Brésil, un voleur a décidé d’attaquer une jeune femme mais il ne savait pas qu’elle était championne d’arts martiaux. La tête coincée entre les jambes de la victime, au bord de l’asphyxie, il s’est rappelé de son papa et lui a demandé pardon.

Tard le soir, Wesley Sousa de Araujo a décidé d’attaquer une jeune fille, Monique Bastos. Mais à ce moment, il était encore loin d’imaginer la mésaventure qui allait lui arriver alors qu’il pensait s’attaquer à une proie facile. La jeune fille svelte, et plutôt frêle d’apparence n’était autre qu’une championne d’arts martiaux.

Lorsque le voleur s’est approché d’elle, Monique Bastos l’a mis au sol grâce à l’une de ses prises favorites de jiu-jitsu, avant de parvenir à coincer la tête du voleur entre ses jambes. Désorienté, il a commencé à pleurer et s’est souvenu de son père. Il lui a aussi demandé de le libérer mais la fille n’a pas desserré l’étau de ses jambes avant l’arrivée de la police.

«Papa, papa, appelez la police, papa. Dieu, aide-moi. Je te jure, c’est la première fois que je fais ça. Mon Dieu, aide-moi, quelqu’un, aidez-moi», criait le piètre voleur.

A 23 ans, Monique Bastos est parvenue maintenir le voleur sous son contrôle pendant 20 minutes jusqu’à l’arrivée de la police. Mais une fois libéré de son étreinte, Wesley Sousa de Araujo a nié toutes les accusations formulées contre lui par la victime.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales