Hong Kong : l'exécutif annonce la «mort» de la loi sur l’extradition, sans convaincre l'opposition

- Avec AFP

Hong Kong : l'exécutif annonce la «mort» de la loi sur l’extradition, sans convaincre l'opposition© Tyrone Siu Source: Reuters
Carrie Lam (image d'illustration).

Début juin, l'exécutif hongkongais voyait naître une contestation massive face à son projet de loi sur les extraditions vers la Chine continentale. Un projet «mort», a annoncé le gouvernement, sans pour autant parvenir à convaincre tout le monde.

Après avoir reconnu «un échec complet» de son gouvernement pour faire passer le projet de loi gouvernemental sur les extraditions vers la Chine continentale, Carrie Lam, chef de l'exécutif hongkongais, a annoncé ce 9 juillet que le projet, à l'origine d'une vague inédite de contestation sur l'île, était «mort».

Reconnaissant des «doutes» persistant dans la société sur la «sincérité» du gouvernement hongkongais, le chef de l'exécutif a affirmé n'avoir aucune intention de relancer le processus du projet de loi devant le Conseil législatif.

Le chef du gouvernement a en outre accepté de rencontrer les représentants des étudiants contestataires en public, sans conditions préalables. «Il peut s'agir de problèmes économiques, de conditions de vie, de divisions politiques au sein de la société. La première chose que nous devons faire, c'est identifier ces problèmes fondamentaux et trouver des solutions pour avancer», a-t-elle déclaré.

La position du gouvernement semble toutefois ne pas suffire à convaincre tous les protestataires, en témoigne la réaction à cette annonce d'une des organisatrices du mouvement de contestation. Citée par l'AFP, Bonnie Leung, «une porte-parole d'un des principaux groupes de Hong Kong à l'origine de la contestation», a en effet appelé à la poursuite des manifestations et rassemblements si «les cinq revendications [du mouvement] n'[étaient] toujours pas entendues par Carrie Lam et son gouvernement».

De fait, si le gouvernement hongkongais avait déjà annoncé la suspension de son projet de loi, cela n'avait pas suffi à endiguer la protestation, métamorphosée en mouvement plus vaste pour réclamer des réformes en termes de démocratie et de libertés sur un territoire semi-autonome, revenue en 1997 dans le giron de Pékin. Ces derniers jours, les manifestants avaient notamment exigé la démission de Carrie Lam ainsi que la fin des poursuites contre les protestataires récemment arrêtés.

Lire aussi : Des manifestants pénètrent dans le parlement de Hong Kong (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»