Surpopulation carcérale ? Les Norvégiens exportent leurs prisonniers aux Pays-Bas

© Damir Sagolj Source: Reuters

Faute de place disponible, la Norvège a décidé d'envoyer ses détenus aux Pays-Bas voisins. Oslo a donc loué une prison entière, celle de Norgerhaven et ambitionne d'y installer au moins 270 de ses prisonniers condamnés en attente de cellule.

Le premier groupe de prisonniers norvégiens est arrivé mardi 1er septembre aux Pays-Bas. Après une brève cérémonie officielle entre les représentants des ministères de la Justice des deux pays concernés, les 25 détenus ont pu intégrer leurs cellules dans leur nouvelle prison de Norgerhaven.

Cet établissement, qui a été entièrement loué par Oslo pour pallier ses problèmes de surpopulation carcérale, fait figure de prison modèle. En effet, à  Norgerhaven, les prisonniers sont détenus dans des cellules individuelles, et ceux qui purgent de longues peines peuvent planter des légumes dans le jardin, élever des poulets, cuisiner et profiter du cadre bucolique des environs ! L'arrivée des détenus norvégiens a d'ailleurs créé quelques tensions au sein de la prison. Les condamnés néerlandais, envoyés ailleurs dans le pays, ne voulant pas abandonner leurs cellules «grand luxe» de Norgerhaven, comme l'ont raconté les médias locaux.

Autre point de crispation: le transfert forcé d'un certain nombre de prisonniers norvégiens. En effet, si Kenneth Vimme, qui purge une peine de 17 ans pour meurtre, s'est lui porté volontaire pour déménager aux Pays-Bas et ce explique-t-il malgré une offre au câble moins avantageuse que dans son pays, tous ne sont pas dans son cas, ce qui pourrait générer quelques tensions dans la prison. En effet, sur les 112 premiers transferts prévus, seuls 79 sont des volontaires. 

Pour les familles restées en Norvège, la pilule est aussi difficile à avaler. «Le fait de purger sa peine dans une prison lointaine compromet vos chances de réinsertation et rend difficile le contact avec les familles» décrypte Hanne Hamsund, à la tête d'une association représentant les familles de détenus, avant de poursuivre: «avec le voyage et une nuit d'hôtel, cela nous reviendra à 530 euros environ par personne pour rendre visite aux nôtres à Norgerhaven». Cette dernière, qui a répondu à l'AFP, déplore ainsi le manque de soutien financier de l'Etat norvégien pour faire face à ces nouveaux frais.

Supervisé par un directeur norvégien et des surveillants néerlandais, les détenus de Norgerhaven purgeront donc leur peine dans le cadre du système pénal norvégien, plutôt libéral et seront de retour au pays avant leur libération. Quant au pays d'accueil, les aux Pays-Bas, ils louent eux des prisons...en Belgique pour accueillir leurs détenus également trop nombreux. Bref: un vrai jeu de chaises musicales.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales