Gaza sera-t-elle «invivable» d’ici 2020 ?

La bande de Gaza après l'explosion à Rafah Source: Reuters
La bande de Gaza après l'explosion à Rafah

Selon les estimations de l’ONU, la bande de Gaza presque détruite par plusieurs guerres successives et le blocus d’Israël, pourrait devenir «invivable» d’ici 2020 si de telles tendances persistent sur les cinq prochaines années.

Dans son rapport annuel sur l’assistance au peuple palestinien, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement estime que «les conséquences sociales, sanitaires et sécuritaires de la forte densité démographique et du surpeuplement» figurent au nombre des facteurs qui risquent de faire de Gaza un lieu invivable.

D’après les économistes de l’ONU, la cadence de reconstruction est si lente face à l'ampleur des dévastations, que l'économie locale de Gaza n'a pas la possibilité de se rétablir. Après l’opération «Bordure Protectrice» d’Israël en 2014, la situation socio-économique de la bande de Gaza est au plus bas depuis 1967, dans une des zones les plus densément peuplées au monde.

Le blocus, imposé à Gaza par Israël, détruit l’économie et a amené à la destruction des services publics, la pauvreté de la population et l’augmentation du chômage. La survie des habitants dépend pour 80% de l’aide humanitaire et consiste en une lutte quotidienne pour satisfaire les besoins de base, selon les données de l’ONU.

Les experts des Nations Unies ont mentionné que les perspectives pour l’année 2015 sont «peu encourageantes» car l’instabilité politique persiste dans la région, les flux d’aide humanitaire sont de plus en plus réduits, et Israël retient les recettes douanières palestiniennes des quatre premiers mois de 2015.

En savoir plus : Pour le président israélien, le droit de son pays sur la Cisjordanie «ne fait l'objet d'aucun débat»

Cependant le Hamas, qui est au pouvoir à Gaza depuis 2007, est engagé dans des contacts indirects avec Israël pour tenter de parvenir à une trêve de longue durée en échange d'une levée du blocus. Les Palestiniens espèrent sortir de cette crise, ensemble avec la France, en remettant une proposition qui prévoit des frontières entre Israël et la Palestine sur les lignes qui existaient avant qu’Israël n’envahisse la Cisjordanie et Jérusalem-Est en 1967, ainsi que la bande de Gaza d’où Israël a retiré ses forces en 2005.

Mais Israël, critiqué par la communauté internationale pour la situation en Palestine, ne souhaite pas revenir aux frontières de 1967, prétendant qu’elles ne peuvent pas être protégées efficacement, et refuse même d’envisager cette question en continuant sa politique de construction de nouvelles colonies sur les territoires palestiniens.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales