Etats-Unis : des élus démocrates évoquent des «camps de concentration» à la frontière mexicaine

Etats-Unis : des élus démocrates évoquent des «camps de concentration» à la frontière mexicaine© Robyn Beck Source: AFP
Manifestation devant le centre de détention de migrants de Otay Mesa à San Diego aux Etats-Unis, en juin 2018 (image d'illustration).

Après Alexandria Ocasio-Cortez, Ilhan Omar, une autre élue démocrate, a elle aussi qualifié les centres de détention de migrants à la frontière mexicaine de «camps de concentration». Des propos qui suscitent une intense polémique aux Etats-Unis.

L'aile gauche du parti démocrate a sérieusement haussé le ton dans sa critique de la gestion par l'administration Trump de la crise migratoire à la frontière mexicaine, au point de choquer une bonne partie du pays. Deux élus ont en effet dressé un parallèle entre les centres de détention de migrants et les «camps de concentration», référence explicite à l'Allemagne nazie.

Le député du Minnesota Ilhan Omar a ainsi apporté le 20 juin un soutien sans ambiguïté à sa collègue Alexandria Ocasio-Cortez, qui avait utilisé l'expression quelques jours plus tôt, le 17 juin, créant une tempête médiatique dans le pays.

Au cours d'une interview accordée à la radio PRI, Ilhan Omar a défendu l'utilisation de cette expression, soulignant qu'elle était différente des «camps de la mort». «Lorsque vous regardez ce qui se passe, des gens sont placés dans des camps. Et quand on pense à la définition, si on la sépare des camps de la mort, je dirais que ce sont des camps dans lesquels les gens sont détenus [concentrated en anglais]. Et c'est donc la définition générale», a-t-elle soutenu, ajoutant qu'elle ne voyait pas pourquoi le fait de le dire avait créé une telle controverse.

Alexandria Ocasio-Cortez avait déclenché une polémique en déclarant dans un direct sur Instagram que l'administration Trump «gérait» des camps de concentration, utilisant l'expression «jamais plus», qui évoque l'Holocauste, et affirmant qu'il y avait une présidence «fasciste et autoritaire» actuellement au pouvoir.

Lire aussi : Trump dans le collimateur ? Le pape accorde 500 000 dollars d'aide aux migrants d'Amérique latine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»