L'affaire du livre sur Mohamed VI va-t-elle réveiller les tensions entre l'Algérie et le Maroc ?

Le roi Mohamed VI© Thierry Gouegnon Source: Reuters
Le roi Mohamed VI

C'est une drôle d'affaire de chantage sur le souverain chérifien qui risque de déboucher sur une autre crise. Des médias marocains affirment que les deux journalistes qui auraient cherché à faire chanter le pouvoir royal ont été aidés par l'Algérie.

A qui profite le crime ? L'adage est vrai aussi dans cette histoire de chantage où deux journalistes français, Eric Laurent et Catherine Graciet, sont accusés d’avoir accepté la somme de deux millions d'euros du roi du Maroc pour ne pas publier un livre compromettant pour lui.

Depuis la révélation de l'affaire, la presse marocaine se déchaîne et accuse publiquement son voisin de l'Est, l'Algérie, d'avoir en fait manipulé les deux journalistes.

L'hebdomadaire marocain francophone La Nouvelle Tribune, réputé proche du Palais, accuse ainsi implicitement dans un éditorial «ceux qui ces dernières années, ont participé à des basses opérations destinées à déstabiliser le Royaume, ternir son image, porter atteinte à l’honneur de personnalités, y compris les plus éminentes» d'être derrière cette affaire de chantage. Son fondateur, Fahd Yata, évoque une supposée manipulation par les services secrets algériens des deux journalistes : «Regardons à l'Est» conclut-il.

Autre accusation, celle du «tropisme algérien» supposé de Catherine Graciet, portée par le journal marocain en ligne 360.ma. Selon cette thèse, l'Algérie et ses services secrets financeraient des opposants marocains et des journalistes pour qu'ils écrivent à charge contre le Maroc.

Pour Abderrahim Arriri, directeur de publication du journal arabophone Al Watan Al Ane, «Eric Laurent et ses semblables n’agissent pas de leur propre gré mais sont téléguidés par un lobby d’intérêt qui agit contre le Maroc en particulier, en France (...). Le Roi a ainsi pointé du doigt l’Algérie qui mobilise ses moyens financiers pour prendre pour cible le Maroc et ses questions stratégiques».

Face à ces attaques à peine voilées, la presse algérienne est restée jusqu'à présent silencieuse et a d'ailleurs peu couvert l'affaire initiale de chantage présumé.

La querelle Maroc-Algérie en éternelle toile de fond

Les relations entre les deux voisins maghrébins n'ont jamais été simples et cette accusation à peine voilée de manipulation par les services algériens de deux journalistes français entre dans la longue série d'incidents récents entre les deux pays. Ainsi en juillet 2014, le Maroc avait annoncé la constrction tout au long de la frontière algérienne d’une clôture visant à se «protéger des terroristes». 

Dès lors, tant le Maroc que l'Algérie se sont toujours montrés très vigilants sur la relation de leur rival avec Paris. Et tous les deux aspirent évidemment au leadership dans la région. 

Or une brouille diplomatique de plusieurs mois est survenue en 2014 entre Paris et Rabat à cause d'une enquête menée en France sur des accusations de torture au Maroc contre le patron du contre-espionnage Abdellatif Hammouchi. Le Maroc avait alors craint un rapprochement entre Paris et Alger, ce qui aurait pu signifier la fin du soutien de la France sur le dossier du Sahara occidental.

Sur ce dossier, le Maroc revendique la souveraineté sur cette région, tandis que l’Algérie soutient le Polisario, front indépendantiste sahraoui. A l’ONU la situation est bloquée puisque le Maroc propose un plan d’autonomie et l’Algérie soutient l'idée d'un référendum d’autodétermination.

Ce qui paraissait être une simple affaire de chantage sur fond de livre annoncé comme détonant, révèle donc des tensions nationales et étatiques tout autant explosives.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales