A Beyrouth, les manifestants évacués par la force du ministère de l'Environnement après l'occupation

Les manifestants demandent la démission du ministre de l'Environnement. Source: Reuters
Les manifestants demandent la démission du ministre de l'Environnement.

En pleine crise au Liban, et après plusieurs jours de manifestations contre le gouvernement, un groupe de jeunes manifestants a envahi le ministère de l'Environnement, et demande la démission du ministre. Ils ont été évacués en fin de journée.

La ville de Beyrouth est de nouveaux en proie aux tensions, rapportent depuis 12h20 les médias locaux, ainsi que plusieurs utilisateurs du réseau social Twitter. Le ministère de l'Environnement a en effet été occupé par des jeunes manifestants toute la journée, avant d'être évacué par la force en fin de journée, a-t-on constaté sur les images de la télévision libanaise. 

Si le gouvernement a assuré, de son côté, qu'il n' a pas été fait usage de la force dans les locaux du ministère, les manifestants présents sur place déplorent, sur les réseaux sociaux, plusieurs blessés, deux ou trois personnes ont été transportées à l'hôpital.

Peu après 13 heures (heure locale), plusieurs jeunes manifestants avaient pris d'assaut le ministère de l'Environnement, dans le centre-ville de Beyrouth. Contacté par RT France, Wadih Al-Asmar, l'un des organisateurs du mouvement expliquait à 14 heures qu'«un groupe d'une quarantaine de personne demande actuellement la démission du ministre suite à l'ultimatum de trois jours que nous avions donné au gouvernement libanais pour apporter des réponses à de nombreux problèmes, dont celui des déchets qui sont actuellement brulé dans la rue».

Les manifestants ont demandé, durant l'après-midi, la démission du ministre de l'Environnement, Mohammad Machnouk. «Nous ne partirons pas tant que le ministre ne démissionne pas», avait prévenu. Wadih Al-Asmar. Plusieurs sources affirment que le ministre était enfermé toute la journée dans son bureau, au huitième étage du ministère. 

Selon une vidéo publiée sur Facebook à 14 heures, l'armée avait rapidement pris place autour du bâtiment. Des photos évoquent aussi la présence massive de la police anti-émeute. «Il y a eu quelques tensions au départ», note Wadih Al-Asmar. «Mais pour le moment cela reste calme, même si je crains que cela ne soit le calme avant la tempête.» Une prédiction qui s'est révélé juste à 18 heures, lorsque que les policiers ont décidé de faire évacuer l'immeuble.

Durant la journée, des dizaines de jeunes avait rejoint le ministère de l'Environnement, sans pour autant pouvoir y entrer. 

«Il faut que les manifestants attendent deux ou trois jours pour connaître les propositions d'un comité ad hoc mis en place» pour se pencher sur la question des ordures, a, de son côté expliqué une source gouvernementale à l'AFP. Cette même source a affirmé qu'une démission du ministre de l'Environnement n'était pas à l'ordre du jour.

العديد من المجموعات والأفراد داخل مبنى وزارة البيئة.. يهتفون ضد الوزارة، ضد الحكومة، ضد المجلس وضد النظام! #مستمرون #طلعت_ريحتكم

Posted by ‎طلعت ريحتكم‎ on mardi 1 septembre 2015

Une chose est en tout cas certaine, les manifestants étaient déterminés à rester sur place. Sur Twitter, @AbirGhattas, relais des manifestants, demande à ceux qui veulent les rejoindre d'apporter de l'eau et du papier. Un jeune homme a d'ailleurs fait un malaise, et la Croix Rouge est sur place.

Selon plusieurs témoins, et comme la vidéo ci-dessous l'illustre, le mouvement a rapidement pris de l'ampleur, et la vingtaine de jeunes à la base de cette action a été rejointe par de nombreux manifestants.

Cette action intervient alors que le Liban est depuis plusieurs jours atteint par une tension importante, sur fond de «crise des ordures»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales